Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Coup de théâtre en Guinée Bissau: Des hackers payés 75 000 euros ont trafiqué les résultats des élections (Sabado)

Toute la fraude informatique a été mise en place depuis le Portugal: un groupe de trois hackers a été engagé à Barreiro pour 75 mille euros. Et ils ont réussi à introduire un virus dans les ordinateurs de la Commission électorale nationale.



Crédit photo : Getty images
Crédit photo : Getty images
Les élections présidentielles du 29 décembre en Guinée-Bissau ont été sabotées par un groupe de hackers qui sont entrés dans l'ordinateur de la Commission électorale nationale et ont dénaturé le résultat final, attribuant la victoire à Umaro Sissoco Embaló, candidat du Mouvement pour l'alternance République démocratique de Guinée-Bissau (MADEM-G15).

Toute l'histoire ressemble à un film. L'embauche de pirates à Barreiro, qui ont infiltré l'ordinateur de la Commission électorale nationale (CNE), les virus qu'ils ont laissés dans le système et la guerre des paiements, qui est à l'origine de la révélation de l'ensemble du dispositif, promettent de provoquer un revirement dans le processus électoral. Le candidat Sissoco Embaló a remporté le deuxième tour avec 53,55% des voix mais une série d'irrégularités administratives - telles que le manque de résultats - avait déjà conduit à contester l'élection de Domingos Simões Pereira, candidat soutenu par PAIGC. Maintenant, avec ces nouveaux faits, tout le processus peut imploser et conduire à de nouvelles élections.

Une enquête menée par SÁBADO ces dernières semaines - sur la base de l'analyse et de la collecte de documents, de témoignages, de messages écrits et sonores - montre qu'un acte de piratage informatique a été commis, par un groupe d'au moins trois personnes, de nationalités différentes, négocié et développé à partir du Portugal. Cette affaire, outre l'ingérence électorale à Bissau, prouve la relative facilité d'embauche de «hackers» au Portugal et les prix pratiqués.

Source: Hebdomadaire portugais Sabado qui sort chaque jeudi et qui a vu le jour en 2004.

AYOBA FAYE

Mercredi 29 Janvier 2020 - 23:07


div id="taboola-below-article-thumbnails">


1.Posté par David le 04/03/2020 23:55
FAKE NEWS a 100%
Les votes a Bissau sont des feuilles de papier mise dans une URNE !!
Jai pas encore vue des Hackers sortir de le NET pour déposé les votes ...

Le système a Bissau na pas de machines, et encore moins des connections internet !!

Donc FAKE NEWS 100%

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter