Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Coups et blessures volontaires: le marabout Maodo Diaw battait son épouse

Marabout officiant à Pikine Guinaw Rails, Maodo Diaw a vécu durant plus d’une quinzaine d’années avec son épouse Awa Sy. De ce mariage, le couple n’a pu avoir un enfant. C’est ainsi que le marabout entretient une relation amoureuse avec une de ses patientes avant que cette dernière ne tombe enceinte. Depuis lors, Awa Sy vit l’enfer chez elle. Le marabout ne cesse de la rouer de coups. De guerre lasse, elle décide de porter plainte avec une interruption temporaire de travail de dix jours. L’affaire est mise en délibéré pour le 10 juin.



Coups et blessures volontaires: le marabout Maodo Diaw battait son épouse
Une affaire de couple s’est invitée, récemment à la barre du tribunal de Pikine-Guédiawaye. Maodo Diaw et Awa Sy avaient décidé de s’unir devant Dieu et les hommes pour le meilleur comme pour le pire. Durant plus d’une quinzaine d’années, le couple n’a pas eu d’enfants. Mais Awa Sy avait une progéniture d’un précédent mariage. Le mari a toujours cru qu’il ne pouvait pas avoir d’enfants. C’est pourquoi il a eu, selon son épouse, plusieurs aventures avec ses patientes.

 La dernière en date est F.M. Elle avait des problèmes avec son mari et venait chercher des prières auprès de Maodo Diaw. « Au fil du temps, les deux amoureux finirent par avoir des rapports sexuels. Et à l’issue de ceux-ci, elle tomba enceinte. D’ailleurs Maodo avait refusé la paternité et il avait été jugé et condamné. Durant une de mes visites en prison, j’ai tenté de le convaincre de revenir sur sa décision et il m’avait promis d’y réfléchir... A sa sortie, ils continuèrent de roucouler et j’ai, moi –même, pris l’initiative d’aller chez les parents de la dame pour discuter avec eux afin que Maodo la prenne comme seconde épouse. Depuis que le mariage est ficelé et que ma coépouse est venue dans la maison conjugale, ce sont des histoires à n’en plus finir avec mon mari. Le jour des faits, il a tenté de me chasser de la maison et j’ai refusé. Il m’abreuva d’injures et j’ai fini par répondre. C’est sur ces entre-faits qu’il m’a donné un coup au bas ventre et m’a blessée au niveau du bras droit » a-t-elle révélé à la barre.

Selon le prévenu, il s’est marié avec Awa Sy depuis 19 ans mais ils n’ont jamais eu d’enfants. « J’élevais ses petits- fils dans la maison conjugale. Lorsque j’ai eu un enfant avec ma petite amie, c’est elle même qui est partie négocier avec la famille de cette dernière pour que je la prenne comme seconde épouse. J’avais refusé dans un premier temps la paternité, mais en prison, j’ai rencontré quelqu’un qui m’a beaucoup conseillé de reconnaitre mon enfant. Je me suis par la suite marié avec elle à la sortie de prison. Or, c’est l’erreur de ma vie car elle a un talisman qui ne lui permet pas d’avoir de coépouse. La preuve toutes ses sœurs n’ont jamais eu de coépouse. En rêve, Dieu m’a montré le talisman et au réveil, le lendemain, je lui ai suggéré de me le rendre. Elle a accepté sans rechigner... Monsieur le président, durant la période qu’elle a décrite, j’ai eu un accident avec trois côtes cassées. Comment pourrais-je la frapper? » s’est-il défendu.

Le témoin, Aminata Sy, grande sœur de la partie civile a tenté d’enfoncer le prévenu. A l’en croire, Maodo l’a appelé un jour pour lui demander si Awa n’avait pas de famille. « Je lui ai alors rétorqué le pourquoi de cette question. Et, il m’a dit qu’il ne voulait plus d’elle dans sa maison. Il m’a dit qu’il ne souhaitait aucune explication et qu’il fallait juste que je vienne la prendre car il l’a répudiée. Je lui ai donné rendez-vous le lendemain. Mais malheureusement, je n’ai pas pu l’honorer du fait d’un contretemps politique. Ce n’est que le lendemain qu’Awa est venue dans ma maison avec un bandage au bras et en boitillant. Elle m’a par la suite raconté ce qui s’est passé » a-t-elle témoigné.

Elle a réclamé 250 mille FCFA en guise de dommages et intérêts. Le procureur a requis l’application de la loi. L’affaire est mise en délibéré pour le 10 juin, rapporte Le Témoin qui a assisté à l'audience.

AYOBA FAYE

Vendredi 11 Juin 2021 - 12:13


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter