Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Covid-19: l'équivalent de 255 millions d'emplois à temps plein détruits en 2020



Cette proportion est quatre fois plus élevée que pendant la crise de 2009, souligne l'OIT.

La crise sanitaire du Covid provoque des dommages économiques et sociaux conséquents. La mise à l'arrêt de pans entiers de l'économie, les mesures de restriction imposées dans de nombreux pays, ont eu un «impact massif» sur l'emploi, a commenté, lundi, Guy Ryder, directeur général de l'Organisation internationale du travail. Les derniers chiffres de l'OIT montrent que sur l'année 2020, 8,8% des heures de travail dans le monde ont été perdues, ce qui équivaut à 255 millions d'emplois à temps plein. Un nombre quatre fois plus élevé que pendant la crise financière de 2009.
Ces heures de travail perdues concernent pour moitié des personnes occupant un emploi, qui ont été mises au chômage partiel. L'autre moitié recouvre des pertes d'emplois sèches, totalisant 114 millions par rapport à 2019, un «niveau sans précédent», alerte l'OIT. La différence atteint même 144 millions en comparant avec la trajectoire d'avant pandémie.

L'impact diffère selon les régions. C'est en Amérique latine que le nombre d'heures perdues a été le plus important (16,2%), en particulier au Brésil et au Mexique, ainsi qu'en Europe du Sud (12,3%), surtout en Italie et Espagne.

Une évolution «très préoccupante», a insisté Guy Ryder, 71% de ces pertes d'emplois (total de 81 millions) relèvent de l'inactivité plutôt que du chômage, ce qui signifie que ces personnes ont quitté le marché du travail souvent par découragement. Résultat, le taux de participation à la force de travail a reculé de 2,2% à 58,4%. Quant au nombre de chômeurs, il a grossi de 33 millions, provoquant une hausse de 1,1% du chômage qui atteint 6,5% à l'échelle mondiale.

Les femmes et les jeunes très touchés
En termes de secteurs, c'est dans la restauration et l'hébergement que l'impact est le plus fort avec une baisse de 20% de l'emploi, suivi du commerce, de la construction... Alors que d'autres secteurs, typiquement dans les services hautement qualifiés - l'OIT mentionne information, communication, finance, assurance - ont connu des hausses d'emploi. Ce qui risque encore d'accroître les inégalités entre les pays et entre les personnes.

Le Figaro

Mardi 26 Janvier 2021 - 15:34


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter