PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




DPG: « L’option vigoureuse prise pour préparer la jeunesse aux réalités du marché du travail », Pm

Dite « année sociale, dédiée aux jeunes, aux femmes, aux enfants, aux personnes âgées et celles vivant avec un handicap », selon la formulation du président de la République, 2018 sera également consacrée à l’Education. Déclinant « l’option vigoureuse qui a été prise par le Chef de l’Etat pour mieux préparer la jeunesse aux réalités du marchés du travail », dans sa Déclaration de Politique Générale (DPG), le Premier ministre a indiqué qu’ « à l’image du secteur de la formation professionnelle, l’enseignement supérieur sera aussi davantage orienté vers des filières professionnelles spécialisées, vers les sciences et techniques ».



Face aux députés pour sa deuxième Déclaration de Politique Générale (DPG), le Chef du gouvernement a annoncé la construction et l’équipement de 9538 salles de classes, 333 écoles élémentaires, 162 collèges de proximité, 21 lycées, 20 blocs scientifiques et technologiques et 12 Dahras modernes.

« Concomitamment à cette expansion importante de la carte scolaire, les effectifs du personnel se sont accrus de 7.481 enseignants dans le secteur public, de l’Education. Des mesures spécifiques ont été prises pour renforcer la formation initiale, relever le niveau académique des recrutements et développer la formation continue. Plusieurs actions ont été aussi menées pour la correction des disparités régionales par la construction et l’équipement de 200 nouvelles écoles élémentaires dans les 25 départements les moins scolarisés de notre pays et la construction de 49 collèges clé en main au niveau des zones frontalières. Plus de 8 millions 200 mille manuels et livrets d’activité de français, de mathématiques, d’éducation aux sciences et à la vie sociale ont été distribués gratuitement aux élèves de l’élémentaire représentant un coût de 10 milliards de F CFA soit un effort sans précédent dans notre pays », a-t-il dit.

A cela s’ajoute, « la disposition d’outils numériques en mathématiques, sciences physiques et philosophie pour les classes de Terminal dans 240 lycées du pays. La mise en place de projets d’établissements orientés vers les mathématiques et les sciences dans 300 collèges d’enseignements moyens, les CEM, l’augmentation des heures hebdomadaires en mathématiques, sciences physiques et sciences de la vie et de la terre », a-t-il listé.

Avant de poursuivre : « D’ici 2019, plus de 221 milliards de F CFA en ressources additionnelles seront consenties par l’Etat pour l’élargissement des capacités d’accueil, l’extension de la carte éducative et l’amélioration des conditions de travail et d’apprentissage.  Cet investissement servira à la réalisation 6369 salles de classe et 4229 blocs administratifs. De 2498 blocs d’hygiène dans le cadre du programme national de résorption des abris provisoires dans les établissements d’enseignements élémentaires, moyens et secondaires que le Chef de l’Etat vient d’initier. Il permettra aussi la construction et l’équipement de 99 nouvelles écoles élémentaires, 45 nouveaux collèges, 14 nouveaux lycées ainsi que la réhabilitation et l’équipement de 263 écoles élémentaires de 97 collèges et de 6 lycées, d’ouvrages annexes, points d’eau, blocs d’hygiène et administratifs, etc ».

« Conformément aux engagements pris par le gouvernement lors des Conseils des ministres décentralisés, nous avons déjà entamé la construction de 6 lycées d’enseignement général à Grand-Yoff, Ngor, Yoff, Sangalkam, Tivaoune Peulhe et Pikine Dagoudane ; de même que la réhabilitation des lycées de la région de Dakar. L’état d’appui à la modernisation des dahras d’un coût de 10,3 milliards de F CFA est déjà très satisfaisant. En effet, tous les 64 dahras ciblées seront livrées entre février et octobre 2018. Le curriculum de formation est en train d’être testé dans 10 dahras depuis 6 mois avec 18731 enfants enrôlés », a-t-il ajouté.

Le Pm d’ajouter : « Le programme d’investissement du secteur de l’Education prend également en compte différents projets portant sur la promotion de la lecture, y compris dans les langues nationales, la protection des enfants en milieu scolaire, la dotation en supports pédagogiques et didactiques des écoles. Le programme d’investissement garantira l’amélioration des conditions d’accueil et d’apprentissage dans les disciplines fondamentales que sont le français, les mathématiques et les sciences, le renforcement des compétences des enseignants et les améliorations de l’accès aux manuels scolaires ».

« C’est aussi par une offre de formation professionnelle mieux orientée vers les besoins du marché du travail que nous renforceront la compétitivité et les performances de l’économie sénégalaise et en même temps l’employabilité des jeunes sur la voie de ce Sénégal de tous et pour tous. Le gouvernement en a pris toute la mesure et c’est pourquoi d’ici 2020, d’importants projets seront mis en œuvre pour renforcer l’accès équitable à la formation professionnelle et à des enseignements et apprentissages de qualité à travers notamment la réhabilitation de l’ensemble des lycées techniques du pays et des la finalisation de 2 nouveaux lycées professionnels, ceux de Fatick et Sandiara en 2018, le démarrage de 8 centres de formations professionnels dans les localités de Porokhane , Nabaji Civol, Moumba, Ngourane, Foundiougne, Goudomp, Nangalma , Koungheul, Médina Gounass, Themping, Ndouloumaji, et Sokone, à travers le pont de la CFCE (la contribution forfaitaire à la charge de l’employeur pour un volume de 4 milliards de F CFA », a-t-il souligné, annonçant « la construction d’un centre de formation aux métiers de foresterie à Bounkilling, d’un centre orienté vers les métiers industriels à Sédhiou et d’un centre de formation aux métiers de l’agriculture et de l’élevage à Goudiri pour un coût prévisionnel de 2,5 milliards de F CFA. Pour sa part, l’Office National de Formation Professionnel (ONFP) envisage de former 2000 jeunes dans les métiers du pétrole et du gaz ainsi que 2000 autres ouvriers ».

« D’ici 2030, 3500 jeunes bénéficieront de formations dans les domaines de l’aviculture, l’horticulture et du tourisme. Et, 10000 autres pourront accéder à des certificats de spécialités à travers le Projet de Formation Professionnelle pour l’Emploi et la Compétitivité…Au total, plus de 81 milliards de F CFA seront consacrés d’ici 2020 aux renforcements de l’employabilité des jeunes », a-t-il déclaré.

Tout pour dire que, « ces efforts renseignent sur l’option vigoureuse qui a été prise par le Chef de l’Etat pour mieux préparer la jeunesse aux réalités du marchés du travail ». Et, « à l’image du secteur de la formation professionnelle, l’enseignement supérieur sera aussi davantage orienté vers des filières professionnelles spécialisées, vers les sciences et techniques », a-t-il clos. 


Mardi 5 Décembre 2017 - 13:12



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter