Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Décès de Abdou Faye: un mort, deux versions - la police s’emmure

C'est la guerre des versions, depuis l'annonce, mercredi 09 juin, du décès du détenu Abdou Faye, présumé complice de Baye Modou Fall, alias "Boy Djinné". Si le journal "Les Echos" parle d'une mort par négligence, L'Observateur vient avec force détails conforter la thèse du suicide. De leur côté, les parents contestent cette dernière et réclament une enquête. Dans cette ambiance sinistre, la police s'emmure dans un silence incompréhensible.



"Abdou Faye avait des maux de ventre et est décédé sans assistance", selon Les Echos

Abdou Faye, le chauffeur de Baye Modou Fall, alias « Boy Djiné» a perdu la vie, avant-hier nuit, dans les locaux du commissariat central de police de Dakar, où il était placé en garde à vue, suite à un retour de parquet. Le défunt, selon le journal « Les Echos », qui rapporte les dires de ses sources, était en proie à de terribles maux de ventre dans la chambre du commissariat et poussait des gémissements. Il a finalement rendu l’âme sans assistance.  

 Relatant les derniers moments de Abdou Faye, « Les Echos », soutient que c’est tard dans la nuit du mardi 8 au mercredi 9 juin dernier qu’il fut pris par de sévères maux de ventre (de terribles douleurs abdominales). Poussant des gémissements, il a sollicité de l’aide et demandé qu’on lui apporte d’urgence « sa poudre mystique », qui se trouve à leur domicile, sis à Yoff. Les policiers croyant que c’était un subterfuge ont fait la sourde oreille, selon nos confrères.
  
Qui affirment qu'Abdou Faye cessera de gémir et rendra l’âme plus tard dans la nuit. Des sources du journal ont affirmé que « c’est dans ces circonstances que le drame s’est produit tard la nuit ». Elles démentent catégoriquement la thèse du suicide par pendaison avec un gant de toilette (un long jampé en nylon) et parlent plutôt de fausse piste. « C’est plutôt une négligence caractérisée de la part des gens du poste de garde chargés de veiller sur le défunt », ont défendu les interlocuteurs du journal. Par ailleurs, le corps sans vie d’Abdou Faye a été découvert au petit-matin par la femme de ménage du commissariat, qui a alerté les agents de police par ses effroyables cris.

Il s'est tué avec un filet de bain, selon "L'Observateur"
Contrairement au journal « Les Echos », le quotidien « L'Observateur », a conforté à sa Une du jour la thèse du suicide d'Abdou Faye. Ne supportant pas que sa petite amie soit impliquée dans l’affaire "Boy Djinné".

D’après les informations du journal édité par le Gfm, le défunt, après deux tentatives à la Section de Recherches (Sr) et à la cave du Palais de justice de Dakar, a finalement fini par se suicider mardi dans la soirée, dans les toilettes de la cellule du Commissariat central avec un filet de bain (jampé en wolof). 

Voir son amie, G. Diaw, mêlée dans cette affaire d'évasion de Baye Modou Fall lui aurait brisé le cœur. Il a déclaré: « je préfère mourir que de te voir en prison. », selon L'Observateur. 

Une phrase, très significative, qui d’après le journal, lancée dans un moment de désespoir par Abdou Faye, s'est réalisée quelques heures après. Dès que la demoiselle a été arrêtée par les éléments de la Section de Recherches (Sr) de Colobane, les choses ont pris une tournure inattendue. Abdou Faye a tenté de tirer son amie des griffes des policiers et de l’innocenter. « Elle n'est en rien impliquée dans cette affaire. Laissez-la rentrer chez elle », aurait-il juré aux enquêteurs, les suppliant de la retirer de la cellule.

Seulement, la machine judiciaire était déjà en branle et avait commencé à broyer l'avenir de la demoiselle. Là, dans un réflexe, il a fait sa première tentative de suicide en se cognant la tête contre le mur des locaux de la Section de recherches. Maîtrisé, il survit. Il ne s'arrête pas pour autant. Il tente une deuxième fois de se fracasser le crâne contre les murs. Avant-hier, mardi 08 mai 2021, l'homme qui semblait dégoûté de la vie, a remis ça. Accablé par la culpabilité, il demande d’aller aux toilettes loin des regards et avec l’aide d’un filet de bain ( jampé), se suicidé. 

Le silence "coupable" de la police
24 heures après l'annonce du décès du détenu Abdou Faye, la Police n'a toujours pas donné sa version des faits. Les thèses du suicide et de la mort par négligence ont été agitées et développées par les médias. Aucune source officielle ne s'est pour le moment prononcé sur ce drame qui tient en haleine toute la République.
Le silence de la police encourage cette guerre des versions à laquelle se livrent les médias classiques et sociaux. Chacun y va de son propre avis et les parents ont toutes les raisons du monde de douter des circonstances de la mort de leur fils. Ils réclament une enquête indépendante pour faire la lumière sur le drame qui est venu les frapper.

Ndeye Fatou Touré

Jeudi 10 Juin 2021 - 15:56


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter