Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Des pirates informatiques iraniens ont espionné leurs cibles grâce à Facebook



Régulièrement accusé de collecter des données personnelles à l'insu de ses utilisateurs, Facebook aura lui-même été utilisé, trois ans durant, à des fins de cyberespionnage par des pirates informatiques iraniens. Objectif : espionner des responsables militaires et politiques aux Etats-Unis, en Israël et dans d'autres pays.
C'est une société spécialisée dans le renseignement informatique, iSight Partners, qui a découvert le pot aux roses. L'opération de cyberespionnage de grande envergure durait depuis au moins trois ans, estime la société. Il s'agirait ainsi de la campagne d'espionnage utilisant les réseaux sociaux la plus élaborée mise au jour jusqu'à présent.
Un amiral quatre étoiles de la marine américaine, des parlementaires et ambassadeurs américains, ainsi que des personnalités britanniques, saoudiennes et syriennes figuraient parmi les cibles des pirates iraniens. Les pirates cherchaient notamment à se procurer des identifiants pour accéder à des réseaux du gouvernement et à installer des programmes malveillants sur des ordinateurs. iSight n'a toutefois pas souhaité révéler l'identité des victimes et a affirmé ne pas pouvoir dire quelles données avaient été dérobées.
OPÉRATION « NEWSCASTER »
« Cela a duré tellement longtemps, ils ont à l'évidence bien réussi », a déclaré la vice-présidente d'iSight, Tiffany Jones. La société, sise à Dallas au Texas, fournit des renseignements sur les menaces informatiques.
iSight a baptisé l'opération « Newscaster » (présentateur de journal) car les pirates iraniens avaient créé six personnages de fiction travaillant pour un faux site d'informations, NewsOnAir.org. Le site publiait notamment des contenus d'Associated Press, de la BBC, de Reuters et d'autres fournisseurs d'informations. Il utilisait régulièrement le mot de passe « parastoo », qui signifie « hirondelle » en persan, indique le Wall Street Journal.
Les hackers ont également inventé huit autres (...)

lemonde.fr

Jeudi 29 Mai 2014 - 11:25


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter