PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Doudou Ndir revient sur le tohu-bohu de la rencontre Cena-partis politiques : "On ne peut pas avoir l'unanimité, mais..."

Il y a eu un vacarme général à la rencontre entre la Commission électorale nationale autonome (Cena) et les coalitions de partis politiques qui vont participer aux élections du 30 juillet. Et ci certains accusent le président Doudou Ndir d'avoir pris partie pour la coalition au pouvoir, il se vante d'avoir sauver le scrutin et l'électeur.



Le fardeau des 47 listes à choisir avant de se diriger vers l'isoloir a été enrayé par la proposition de loi qui permettra aux électeurs de voter dans la rapidité en ne choisissant que 5 bulletins de vote. Et même si tout le monde n'est pas d'accord sur la modification de la loi qui viole le protocole additionnable de la Cedeao qui interdit de procéder à des changements à 6 mois des élections, le président de la Commission électorale nationale autonome (Cena) parle quand même de consensus et donne sa conception du mot. "(...) La majorité s'est prononcé favorablement. Je dois dire une large majorité, si on fait le décompte des opinions exprimées. (...) Ici, on ne vote pas. Ce n'est pas un lieu où on vote à bulletin secret ou à main levée. Non, ici, on est entre responsables. Le consensus, c'est un package, c'est une impression général. On ne peut pas quantifier le consensus. C'est une impression d'ensemble", a-t-il déclaré.

Pour ceux qui ne sont pas d'accord avec sa proposition, Ndir réplique : "Ils ne sont pas d'accord, mais ils ne sont pas la majorité. On ne peut pas avoir l'unanimité. Mais l'essentiel, c'est qu'il y ait une large majorité qui se prononce en faveur de la proposition qui est mise sur la table".
 

AYOBA FAYE

Samedi 1 Juillet 2017 - 12:24



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter