Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Esclavage des enfants au Burkina Faso: Educo exhorte les gouvernements y mettre un terme

La plate-forme des Ong européennes du Sénégal Educo condamne l'esclavage des enfants dans les mines d'or, qui affecte des millions d'enfants dans la plupart des pays du monde, notamment au Burkina Faso. Ainsi, elle exhorte tous les gouvernements du monde et la communauté internationale à prendre des mesures fortes et urgentes pour mettre fin à tous les types d'esclavage moderne.



Esclavage des enfants au Burkina Faso: Educo exhorte les gouvernements y mettre un terme
Dans un communiqué parvenu à PressAfrik, Educo condamne ce phénomène qui affecte des millions d'enfants, alors qu'il constitue un fait illégal dans la plupart des pays du monde. Dans ledit texte, la responsable de la Protection de l'Enfance à Educo Laurence Cambianica, explique que « les enfants esclaves du 21ème siècle sont ceux qui sont forcés à se prostituer, à participer au trafic de drogue, à être soldats, à mendier, à travailler dans des conditions inhumaines, etc. Malgré les efforts de nombreux gouvernements pour mettre fin à ces atrocités, les mesures prises sont manifestement insuffisantes ».

C’est pourquoi, indique-t-elle, Educo exhorte tous les gouvernements du monde et la communauté internationale à prendre des mesures fortes et urgentes pour mettre fin à tous les types d'esclavage moderne.

Selon Cambianica, « l’esclavage des enfants semble être une problématique lointaine, mais c’est une erreur. De nombreux enfants sont par exemple victimes du tourisme sexuel dans de nombreux pays. Et bien que les victimes soient capables de surmonter ces situations, les conséquences sur leur vie sont irréversibles ».

 « Il existe 200 mines officielles et plus de 700 mines illégales, qui emploient plus d'un million de personnes, dont 20.000 enfants et adolescents. Beaucoup d'entre eux sont des enfants qui ont abandonnés l'école pour les mines », peut-on lire dans le document.

La conséquence de ce travail, explique-t-il, est que les enfants souffrent souvent de problèmes respiratoires graves en raison de la poussière dans les mines. « A cela s’ajoutent entre autres les maladies neurologiques causées par l'utilisation de produits toxiques comme le mercure, ou des problèmes de dos dus aux lourdes charges qu’ils sont obligés de porter », a relevé le communiqué.

La Journée internationale contre l'esclavage des enfants va être commémorée demain, lundi 16 Avril 2018.

Aida Ndiaye (Stagiaire)

Dimanche 15 Avril 2018 - 20:33



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter