Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Etats-Unis: la fouille des cheveux des femmes noires dans les aéroports fait polémique

Johnetta Elzie a dénoncé cette pratique douloureuse et discriminatoire qu'elle a subie début janvier à l'aéroport de Chicago. Après son témoignage, des centaines de femmes ont raconté avoir subi le même traitement.



Aux États-Unis, les cheveux des femmes noires sont régulièrement fouillés lors des contrôles dans les aéroports. C'est en tout cas ce que dénonce Johnetta Elzie, une jeune Afroaméricaine très engagée dans la cause pour les droits des noirs aux États-Unis, au magazine américain Teen Vogue et à Slate.fr.

Choquée, la jeune femme a partagé cette pratique discriminatoire qui fait polémique dans ce pays où la question du racisme refait régulièrement surface. En raison de la nature de ses cheveux, tressés et crépus, elle raconte son calvaire subi à l'aéroport de Chicago alors qu'elle voulait rejoindre la ville de Saint-Louis, dans le Missouri. «J'ai eu tellement mal que je lui ai crié dessus. C'était un réflexe car j'ai vraiment eu mal», témoigne-t-elle. L'agent de sécurité, lui, n'a pas semblé s'émouvoir de sa réaction. «J'ai ressenti qu'on me manquait de respect. Il fallait vraiment que je réagisse. Elle m'a regardé avec beaucoup d'étonnement, comme si elle avait peine à croire que je puisse avoir mal», poursuit la jeune femme.

Une fois la fouille terminée, Johnetta Elzie partage immédiatement son expérience sur Twitter. À sa grande surprise, la jeune femme, membre du mouvement #BlackLivesMatter, qui dénonce le racisme dans la société américaine, reçoit alors des «centaines de réponses de femmes noires qui racontent une histoire semblable», explique-t-elle à Slate.fr. Dans les colonnes de Teen Vogue, Johnetta Elzie confie qu'à chaque contrôle, elle prie pour «tomber sur un agent de sécurité noir pour éviter ce genre de désagrément».

Source: lefigaro.fr      
 


Mardi 19 Janvier 2016 - 15:35