PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Gabon: la classe politique réagit au nouveau report des législatives

Au Gabon, les élections législatives, prévues ce mois de juillet 2017, viennent, une fois de plus, d'être reportées à avril 2018 par la Cour constitutionnelle, saisie par le gouvernement. Ce n'est quasiment pas une surprise. Ce scrutin aurait pu se tenir en décembre 2016, mais le gouvernement avait évoqué un manque de budget. Cette fois, il a convaincu la Cour qu'il a besoin de temps pour appliquer les reformes électorales décidées lors du dernier dialogue politique. Comment réagit la classe politique?



Guy Nzouba Ndama a démissionné de manière fracassante de son poste de président de l'Assemblée nationale, il y a un an. Devenu allié politique de Jean Ping, il a annoncé récemment que Les démocrates, son parti, participeront à ces élections.
 
Ce nouveau report est, pour lui, un calcul machiavélique du pouvoir. « La Cour constitutionnelle est instrumentalisée pour servir les desseins, et du président, et du gouvernement. Le cas de force majeure évoqué ne tient pas la route parce que le gouvernement avait tout le loisir d’organiser son dialogue en tenant compte du délai qui avait été fixé par la Cour », juge-t-il.
 
La majorité présidentielle, qui attendait ce nouveau report, exulte. Guy Christian Mavioga, son porte-parole : « Nous disons que la décision est une bonne décision, mais nous aurions même souhaité que cela soit reporté au-delà du mois d’avril 2018 ».
 
Les députés actuels, dont le mandat a pris fin en décembre 2016, resteront donc en poste encore quinze mois. Le noyau dur de la galaxie de Jean Ping continue d'entretenir un flou total sur sa participation ou pas à ce scrutin. 
 


Rfi.fr

Mercredi 19 Juillet 2017 - 16:41



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter