Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Gabon : le "Cercle des notables de la République" demande un report des législatives

​Dans une déclaration solennnelle, des leaders politiques gabonais d'un certain âge, réunis au sein d'un groupe appelé « Cercle des notables de la République », ont demandé ce 16 mars à Ali Bongo d'organiser une véritable réconciliation nationale pour éviter une guerre civile dans le pays. Ils ont surtout demandé avec insistance au président le report des élections législatives prévues d'ici fin avril.



Gabon : le "Cercle des notables de la République" demande un report des législatives
Pour lire sa déclaration, le « Cercle des notables de la République » a rappelé Paul Mba Abessole, ancien opposant gabonais charismatique des années 1990 qui a pris sa retraite politique l'année dernière.

Parmi les grandes figures de ce cercle, on trouve l'ancien ministre Paul Malékou qui a combattu les présidents Léon Mba (1961-1967) et Omar Bongo (1967-2009). Mais aussi Jules Aristide Bourdès Ogouliguendé et Louis Gaston Mayila, président de l'Union pour une nouvelle République (UPRN), qui ont soutenu Jean Ping en 2016.

Peur de la guerre civile

Tous se présentent comme des patriotes qui ne veulent pas d'une guerre civile au Gabon suite à des élections mal organisées. En effet, le centre gabonais des élections n'est pas encore mis en place, la liste électorale n'a pas été révisée et le matériel électoral est toujours inexistant.

Il faut reporter les législatives d'avril prochain, insiste ainsi Paul Mba Abessole. « Il n’y a rien de préparé, déclare-t-il. Si on veut encore avoir des histoires, il faut aller à ces élections-là. Mais si on veut vraiment travailler pour la paix dans le pays, on doit reporter ces élections parce qu’il y a là-dedans de la semence de violence, la semence de division encore ».

« Ils n'ont pas inventé le fil à couper le beurre. C'est du déjà entendu. Leur appel ne prospérera pas », déclare un proche de Jean Ping. « Ils viennent de faire des propositions, nous ne pouvons pas réagir sans concertation », indique de son côté un membre du gouvernement.
 

Rfi

Samedi 17 Mars 2018 - 10:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >