Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Incroyable mais faux: l’histoire de la dame qui aurait volé le sperme d’un millionnaire à Las Vegas est fausse

Le récit d’une femme de ménage, tombée enceinte et devenue riche après avoir volé un préservatif usagé, a été inventé par un site parodique.



 

« Cette femme a récupéré la capote d’un millionnaire dans la poubelle de sa chambre, s’est inséminée son sperme, a accouché de son gosse, et le tribunal ordonne au mec de donner 2 millions de dollars à la mère pour dédommager son absence quand elle l’élevait sans lui. » 

Ce message, publié le 10 novembre sur Twitter, a été partagé plus de 24 000 fois sur le réseau social. Ici, l’internaute relaie une histoire qui serait survenue aux Etats-Unis. En source du Tweet, on trouve un article du site anglophone nigérian Breaking Times titré ainsi : « Une femme de ménage qui a volé le sperme d’un millionnaire dans un préservatif usagé a remporté une bataille pour une pension alimentaire ». L’article, publié le 10 novembre, a été diffusé par de nombreux autres internautes francophones.

Ce que dit la rumeur

Breaking Times donne quelques précisions sur cette incroyable histoire : les faits se seraient déroulés il y a quatre ans ; la femme en question s’appellerait Jane et serait préposée au ménage dans un hôtel de Las Vegas, aux Etats-Unis. Le site rapporte même les « propos de Jane » à la barre du tribunal :

« Il a laissé son relevé de banque sur la table de chevet de son hôtel et je l’ai vu pendant que je nettoyais la chambre. A l’époque, je voulais tellement avoir un bébé et j’ai pensé que ce serait mieux d’en avoir un avec un homme riche. »

Le site Breaking Times se présente comme  un média d’actualité dont la mission « est de fournir des informations à toutes les catégories de personnes en synthétisant les nouvelles en récits faciles à lire et à comprendre ». Mais cette histoire rapportée est tout sauf authentique.

POURQUOI C’EST FAUX

Plusieurs éléments émoussent d’entrée la crédibilité de ce récit. On ne connaît pas le nom de la femme de chambre, mais seulement son prénom. Aucune mention n’est faite du nom de l’hôtel, pas davantage de celui du millionnaire dont la semence a été volée. Aucun détail n’est donné sur la date et le lieu du procès. De plus, on imagine aisément que des médias sérieux locaux et nationaux aux Etats-Unis se seraient emparés de l’histoire, si elle était fondée sur une once de faits réels.

Et pour cause, le site nigérian n’est en revanche pas l’auteur : il s’est contenté de reprendre mot pour mot un article publié la veille, le 9 novembre, sur le site sud-africain Ihlaya News.


Or il s’agit d’un site qui partage des contenus parodiques, comme il le revendique dans ses pages, et de manière encore plus claire sur sa page Facebook.  En guise de photo de couverture,Ihlaya News a publié un texte écrit sur le dessin d’un émoji pleurant de rire, qui ne laisse aucune place au doute :

« Des publications sur cette page et sur le site Ihlayanews.com peuvent contenir des traces de vérité. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour faire en sorte que ces articles soient totalement de l’ordre de la fiction. Tous les articles sur notre site sont destinés à un public mature avec un sens de l’humour bien noir. Ihlayanews. com EST UN SITE D’INFORMATION PARODIQUE ET SATIRIQUE. »

Facebook / Ihlaya News

A défaut d’être vraie, l’histoire ici racontée pourrait-elle au moins être plausible ? En clair, une femme aurait-elle pu s’autoféconder avec un préservatif usagé ?

« Clairement, oui », répond Virginie Népoux, de l’université de Lausanne« à condition d’avoir le matériel pour se faire inséminer très rapidement ».La docteure en biologie précise qu’utiliser un préservatif est une technique de récupération du sperme « employée pour l’insémination artificielle chez des couples qui ne souhaitent pas de pénétration pour des raisons médicales, comme une contamination au VIH ». 

Les spermatozoïdes peuvent survivre plusieurs jours dans les voies génitales féminines, mais quid de leur survie dans un préservatif usagé ? Le froid – comparé aux 37 °C du corps humain – et la dessiccation vont progressivement les endommager.

La dessiccation n’est pas immédiate, explique la chercheuse. En revanche, hors du corps humain, le sperme va se refroidir rapidement. Et, précise-t-elle, le congeler pour le conserver se fait « selon un protocole précis » impliquant « d’ajouter un certain nombre d’éléments ».

En résumé, il est avéré que cette histoire est fausse – elle est sortie de l’imagination des auteurs d’un site satirique. Mais avec un plan minutieux, des connaissances scientifiques et le matériel adéquat, cette femme aurait pu arriver à ses fins.


Aminata Diouf

Samedi 16 Novembre 2019 - 11:07



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter