Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Kenya: les attaques des Shebabs font fuir les enseignants dans le nord-est

Dans le nord-est du Kenya, les attaques régulières du groupe terroriste somalien ont des conséquences sur l'enseignement scolaire. Suite à la mort de deux instituteurs lors de l'attaque d'une école dans le comté de Wajir il y a une dizaine de jours, la commission nationale des professeurs en charge du recrutement a commencé à retirer de la région des instituteurs non locaux. Aujourd'hui, des écoles sont menacées de fermeture, et la décision est très mal reçue par les parents et les syndicats du comté.



Deux-cents instituteurs non locaux auraient déjà quitté Wajir, selon les syndicats du comté. La majorité des enseignants exerçant près de la poreuse frontière somalienne viennent d'autres parties du pays et sont souvent catholiques, ce qui en fait des cibles privilégiées pour les Shebabs dans une région majoritairement somalie et musulmane. Mais le départ des professeurs risque de lourdement perturber le fonctionnement des écoles dans la région.
 
Pour Nur Bardat, secrétaire du syndicat des enseignants du comté de Wajir, c'est la goutte de trop : « Nous sommes déjà marginalisés  nous n'avons pas de routes dignes de ce nom ni d'hôpitaux, et maintenant ils veulent nous prendre nos enseignants », s'énerve-t-il. La décision de la commission des professeurs a également été vivement critiquée par Aden Duale, leader de la majorité parlementaire et originaire du nord-est du pays : « Dire aux professeurs de partir, c'est dire aux Shebabs qu'ils peuvent prendre le contrôle des écoles dans le nord-est », a-t-il déclaré.
 
Face à des attaques terroristes toujours fréquentes dans les comtés frontaliers de la Somalie, les syndicats de la région proposent de faciliter le recrutement des enseignants locaux, et demandent au gouvernement d'assurer la sécurité des établissements.

Rfi.fr

Lundi 26 Février 2018 - 01:02



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter