Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



L’Éthiopie répond aux accusations américaines de «nettoyage ethnique»

C’est ce qu'a révélé Modeste Bahati Lukwebo, le successeur d’Alexis Thambwe Mwamba, à la tête de la chambre haute du Parlement. Cette situation financière au Sénat a été portée à la connaissance du président de la République à la veille de la rentrée parlementaire prévue pour demain lundi.



La chambre haute du Parlement est dans une mauvaise posture. Les dettes laissées par l’ancienne équipe sont colossales, selon Modeste Bahati Lukwebo. Le successeur d’Alexis Thambwe Mwamba a évoqué des découverts bancaires et des dettes envers les sénateurs notamment pour les frais de mission, jetons de présence, frais de soins médicaux ou encore d’autres impayés à des fournisseurs.
 
Au mois de février, le parquet général près la Cour de cassation avait déjà ouvert une procédure judiciaire contre l’ancien président du Sénat pour détournement des fonds publics. Un dossier de poursuite contre Alexis Thambwe Mwamba, alors président du Sénat, concernant des fonds remis à sa résidence par ses collaborateurs après leur retrait à la Banque commerciale du Congo… Des faits susceptibles de constituer une infraction de détournement des deniers public, selon le procureur. Une sénatrice, Bijou Goya Kitenge, avait précédemment interpellé le même Thambwe Mwamba sur le marché de gré à gré, estimé surfacturé pour des travaux d’aménagement des installations du Sénat. Cette affaire avait créé une polémique au sein de la chambre haute du Parlement congolais.
 
Les anciens collaborateurs d’Alexis Thambwe Mwamba n’ont pas souhaiter répondre aux questions de RFI.

RFI

Dimanche 14 Mars 2021 - 10:31


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter