Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)

L’inflation record aux États-Unis met Joe Biden sous pression

Aux États-Unis, l’inflation continue de flamber. La hausse des prix sur un an atteint 9,1%, un record depuis 1981. Cela accentue encore un peu plus la pression sur Joe Biden, à l’approche des élections de mi-mandat en novembre.



C'est la préoccupation numéro un des électeurs. À quatre mois des élections, cette inflation record plombe la cote de popularité de Joe Biden. Logement, essence, nourriture, la hausse frappe surtout les dépenses quotidiennes des ménages américains. L'indice des prix à la consommation, qui avait déjà grimpé de 8,6 % en mai sur un an, a bondi en juin encore plus que prévu par les analystes. Sur un mois, l'augmentation s'élève à 1,3 % en juin, contre 1,0 % en mai.
 
Des républicains n'ont pas manqué de réagir rapidement sur Twitter. Le sénateur Marco Rubio a ainsi accusé les démocrates de « ne pas se soucier des choses qui comptent pour l'Américain moyen ». « Ce niveau d'inflation est le résultat direct des dépenses des démocrates depuis qu'ils ont pris le pouvoir » à Washington, a attaqué son collègue John Thune.
 
Le président américain a reconnu dans un communiqué que ces chiffres étaient « trop élevés » et rappelé que la lutte contre inflation était sa « priorité ». Mais, a-t-il aussitôt ajouté comme pour se dédouaner, ils sont « obsolètes » car les prix de l'essence ont reculé ces dernières semaines. Le prix moyen du gallon (environ 3,8 litres) aux États-Unis est de fait redescendu à environ 4,73 dollars actuellement, après avoir grimpé pour la première fois en juin au-dessus du seuil symbolique de 5 dollars. Cela « devrait apporter un peu de répit aux familles américaines », a avancé Joe Biden.
 
Tous les secteurs concernés
Les consommateurs avaient accumulé d'importantes économies pendant la pandémie de Covid-19, grâce notamment à de substantielles aides de l'État et à des dépenses limitées par les mesures de confinement et les restrictions d'activité. Mais la forte reprise de la demande l'an dernier, combinée aux problèmes sur les chaînes d'approvisionnement, ont nourri une inflation élevée, qui s'est aggravée avec la flambée des prix de l'énergie déclenchée par l'invasion russe de l'Ukraine fin février.
 

La hausse des prix en juin a concerné tous les secteurs, précise le département du Travail dans un communiqué. Mais les plus gros contributeurs à cette hausse ont été le logement, l'essence et la nourriture, des dépenses au cœur de la vie quotidienne. Les prix de l'énergie ont augmenté de 41,6% sur un an, enregistrant leur plus forte hausse depuis avril 1980. Quant aux prix alimentaires, ils ont connu leur plus forte progression depuis février 1981, augmentant de 10,4% sur un an.
 
Joe Biden met en cause le contexte international, à savoir la guerre en Ukraine, et va jusqu’à parler d’une taxe Poutine pour expliquer la flambée des prix de l’énergie et des céréales. Mais son opposition, soutenue par de nombreux économistes, pointe l’impact de son gigantesque plan de relance anti-Covid de 1,9 trilliard de dollars. Pour freiner la hausse, la réserve fédérale tente depuis mars de freiner la demande.
 
Joe Biden est actuellement en tournée au Moyen-Orient où il cherchera notamment à obtenir de l'Arabie saoudite, premier exportateur de brut mondial, qu'elle ouvre les vannes pour calmer l'envolée des cours de l'or noir et apaiser l'inflation.
 
La hausse des prix frappe dépenses les plus quotidiennes des Américains
La hausse des prix frappe surtout les dépenses quotidiennes des ménages américains. logement, essence, nourriture : « les prix augmentent tous les jours, du hamburger au ticket de cinéma, alors il faut s’adapter », Karen, 61 ans. Depuis deux mois cette nourrisse de Miami scrute ses moindres dépenses à commencer par son carburant. Mais cette veuve doit également sacrifier ses sorties et ses dépenses de beauté, témoigne-t-elle à notre correspondant à Miami, David Thomson.
 

RFI

Jeudi 14 Juillet 2022 - 09:52


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter