Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



La police nigériane sauve des travailleurs "enfermés dans une usine de riz"



La police nigériane sauve des travailleurs "enfermés dans une usine de riz"
La police nigériane a sauvé plus de 100 personnes qui, selon elle, étaient enfermées dans une usine de traitement du riz et forcées de travailler pendant toute la durée d'un confinement lié au coronavirus.

Depuis la fin du mois de mars, les hommes n'auraient pas été autorisés à quitter l'usine dans la ville de Kano, au nord du pays.

On leur a promis 13 dollars par mois en plus de leur salaire mensuel de 72 dollars - ceux qui n'ont pas accepté ont été menacés de licenciement.

Cinq directeurs de l'usine appartenant à des Indiens ont été arrêtés. La société, appelée Popular Farms, n'a pas répondu aux demandes d'interview de la BBC.
Le porte-parole de la police, Abdullahi Haruna, a déclaré à la BBC que l'usine avait maintenant été fermée et que les propriétaires faisaient l'objet d'une enquête pour "séquestration".

Il a déclaré que 126 personnes avaient été retrouvées, alors que les travailleurs ont dit à la BBC qu'il y en avait 300.

Certaines personnes disent avoir été forcées de travailler la plupart du temps pendant leur "incarcération", avec peu de nourriture.

"Nous n'avons été autorisés à nous reposer que pendant une courte période, aucune prière n'a été autorisée, aucune visite de la famille", a déclaré Hamza Ibrahim, 28 ans, l'un des sauveteurs, à Mansur Abubakar, de la BBC, à Kano.

Vivre comme des animaux

La police a été informée de la situation des hommes après que l'un d'eux ait appelé une organisation de défense des droits de l'homme.

"Ce que j'ai vu m'a brisé le cœur. L'endroit où la compagnie gardait ces gens pour vivre n'est pas fait pour les animaux", a déclaré à la BBC Karibu Yahaya Kabara du Global Human Rights Network.

"M. Kabara a déclaré que son organisation s'occupait de l'affaire pour s'assurer que les hommes obtiennent justice.

Les entreprises nigérianes ont été invitées à fermer boutique fin mars dans le cadre des directives gouvernementales visant à stopper la propagation du coronavirus.

Le pays compte plus de 20 000 cas confirmés de Covid-19, la maladie respiratoire causée par un coronavirus.

Lagos, dans le sud, reste l'épicentre du virus, mais Kano - la deuxième ville du Nigeria et la capitale de l'État de Kano - est celle qui compte le plus grand nombre de cas dans le nord.

Les mesures de confinement ont été assouplies ailleurs dans le pays, mais à Kano, les gens ne sont toujours autorisés à sortir que les lundis, mercredis et vendredis pour acheter de la nourriture à des heures précises.

Les travailleurs de Popular Farms disent qu'on leur a demandé de doubler leurs heures de travail en février, car leurs employeurs voulaient constituer des stocks en prévision d'un confinement.

En mars, ils disent qu'il a été décidé de maintenir l'usine en activité en leur offrant plus d'argent - ou le sac de riz - pour continuer à travailler.

Cependant, ayant accepté de rester, les travailleurs ont découvert qu'on les avait empêchés de quitter l'usine.

BBC

Mercredi 24 Juin 2020 - 18:54



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter