Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Le corps du jeune Ivoirien Laurent Barthélémy Ani Guibahi rapatrié de France vendredi

L'adolescent de 14 ans avait été retrouvé mort dans le train d’atterrissage d’un vol d’Air France en provenance d’Abidjan le 8 janvier dernier à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle.



Sa mort avait suscité un émoi très vif à Abidjan. Le jeune Laurent Barthélémy Ani Guibahi, 14 ans, élève de 4e à Yopougon, avait décidé de partir « se chercher » en France, selon l’expression consacrée ici.
 
Ce frêle garçon avait traversé Abidjan, déjoué la sécurité de l’aéroport pour parvenir à se hisser dans le train d’atterrissage d’un Boeing d’Air France. Son corps sans vie avait été découvert à l’arrivée le lendemain matin à Roissy.
 
Six semaines plus tard, la dépouille mortelle du jeune garçon sera donc ramenée au pays, aux frais du gouvernement a indiqué son porte-parole Sidi Tiemoko Touré ce mercredi. Le gouvernement prendra en charge également ses funérailles.
 
Déguerpissements
 
La mort de ce garçon avait déclenché des enquêtes pour essayer de comprendre comment il avait pu s’introduire sur une zone protégée comme celle de l’aéroport Félix-Houphouët-Boigny.
 
Mais surtout, après ce drame le gouvernement a décidé de raser tout bâtiment se trouvant dans un périmètre de 200 m autour de l’aéroport. Des déguerpissements qui ont commencé par le village d’Aérocanal, emprise illégale selon les autorités, où vivaient des dizaines de familles qui ont vu débarquer des bulldozers un matin de janvier.
 
De l’autre côté de l’aéroport se trouve le quartier d’Adjouffou, beaucoup plus peuplé. Une partie de ses habitants a déjà évacué les lieux. Mais le gros du déguerpissement de cette zone où se trouvent aussi écoles, commerces et lieux de cultes sera effectué au mois de mars. Des habitants à qui des solutions de relocalisations ont été promises, sans plus de précisions, car ces solutions sont toujours à l’étude, a concédé le porte-parole du gouvernement ce mercredi.

RFI

Jeudi 20 Février 2020 - 11:46



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter