Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Le diamant embarrassant de Naomi Campbell.



On connaît la Naomi Campbell habituée des podiums ou des pages people sur la vie des stars. Quelques dérapages plus loin - contre des photographes ou une de ses employées -, on a également lu son nom à la rubrique des condamnés. Mais rien ne disait qu'on allait la retrouver - peut-être - à la barre du Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL). Rien, si ce n'est une sombre histoire de diamant, offert par l'ancien président du Liberia Charles Taylor et qui intéresse au plus au point le procureur chargé du procès de l'ancien chef de l'Etat.



Le diamant embarrassant de Naomi Campbell.




L'association des deux personnages est incongrue. Car s'il est une chronique que Charles Taylor a défrayée, ce n'est pas celle des potins mondains. L'homme est accusé de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre pour le soutien qu'il aurait apporté aux rebelles de la Sierra Leone, voisine du Liberia. La guerre civile sierra-léonaise (1991-2002) a fait près de 200 000 morts et des milliers d'handicapés. Inculpé en 2003, arrêté en 2006, Charles Taylor est depuis trois ans en procès à La Haye, aux Pays-Bas.

Que vient donc faire le top-modèle britannique dans ces massacres ? En août 2009, le substitut du procureur du TSSL, Nicholas Koumjian, a recueilli la déposition d'une autre star : Mia Farrow. Selon l'actrice américaine, Charles Taylor aurait offert un "gros diamant brut" à Naomi Campbell. La scène se déroule en 1997 à la résidence de Nelson Mandela, en Afrique du Sud. Parmi les hôtes de la réception figurent les deux actrices, le musicien Quincy Jones et Charles Taylor, alors président du Liberia. "Au petit déjeuner", Naomi Campbell aurait confié à Mia Farrow que "des hommes de Taylor se sont présentés à la porte de sa chambre", au milieu de la nuit, pour lui offrir, en son nom, un diamant brut.

L'histoire aurait pu n'être qu'anecdotique. Mais pour le procureur, le cadeau est autrement révélateur. Car l'Afrique du Sud n'est, pour Charles Taylor, qu'une étape au cours d'un voyage qui l'emmène en Libye, au Burkina Faso et au Nigeria. En Afrique du Sud, il aurait rencontré l'homme d'affaires et trafiquant Nico Shefer. De retour à Monrovia, un chargement d'armes l'attendait, livré à Magburaka, en Sierra Leone. Charles Taylor nie avoir armé des rebelles sierra-léonais ou avoir payé ses fournisseurs avec des "diamants de sang" recueillis par ces mêmes rebelles.

Pour le procureur, le "diamant de Naomi" démontre que Charles Taylor transportait dans ses bagages les précieux minerais. A ce titre, il pourrait demander aux juges de citer Naomi Campbell à comparaître. Le procureur pourrait cependant buter sur un point de procédure : il a déjà appelé 91 témoins et terminé la présentation de ses preuves. La parole est désormais à la défense. Interrogée par ABC News en février, la star avait nié avoir reçu une pierre précieuse. Puis dans un de ces mouvements d'humeur qui lui est coutumier, elle avait renversé l'une des caméras de la chaîne américaine.

Le Monde

Mardi 27 Avril 2010 - 19:58


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter