Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Linguère : Pour une banale histoire, il déchiquette à mort son ami

Le jeune A. Ba (24 ans) risque gros. Il a déchiqueté à mort son ami, Oumar Dia. Les faits se sont déroulés dans la nuit de mercredi à jeudi dernier. Le présumé meurtrier qui s’est retrouvé lui aussi avec de graves blessures, est en soins intensifs à l’hôpital Maguette Lo de Linguère, rapporte L’Observateur.



Linguère : Pour une banale histoire, il déchiquette à mort son ami
Marié à trois épouses et père de plusieurs enfants, Oumar Dia, 26 ans, n’est plus de ce monde. Il est passé de vie à trépas, de manière atroce, mardi dernier, aux environs de 22 heures, sauvagement déchiqueté par son ami, A. Ba (24 ans), au village de Bolladji, dans la commune de Thiél. La nuit des faits, trois amis, Meissa Sow, Oumar Dia et A. Ba, de retour de baptême, ont eu une petite altercation. Les deux derniers nommés se sont battus au sang pour des broutilles. A. Ba a assené à son protagoniste trois coups de machette à la main, à l’omoplate et au dos.

Sérieusement touché, Dia s’est affalé et vidé de son sang. Son bourreau s’est retrouvé lui aussi avec de graves blessures. De même que Meissa Sow, leur ami qui, voulant les séparer, a été blessé par une arme blanche. Alertés par les éclats de voix, les villageois ont accouru et ont essayé de l’acheminer au poste de santé de Thièl, à 10 kilomètres de là. Il avait déjà perdu beaucoup de sang et a succombé en cours d’évacuation.

Informés, les éléments de la Brigade de gendarmerie de Linguère ont procédé aux constats d’usage et ouvert une enquête. A l’issue de cette étape, le corps sans vie a été a été transporté à la morgue de l’hôpital départemental de Linguère ou A. Ba et Meissa Sow ont été internés en soins intensifs. D’après les sources du journal L'Observateur, A. Ba, le présumé meurtrier de Dia, se trouve dans état clinique très alarmant. Il se susurre qu’il a subi le jeudi 22 avril, une intervention chirurgicale et qu’il aurait avoué le crime sur son lit d’hôpital.

Cependant, pour diluer sa responsabilité pénale, il a déclaré qu’il ne pouvait supporter de voir son ami s’acharner, à coups de machette sur un pauvre enfant. C’est ainsi qu’il a arraché l’arme de ses mains pour défendre la victime. Aux dernières nouvelles, la dépouille de Oumar Dia a été remise jeudi aux siens, sur ordre du procureur de la République près le tribunal de Grande instance de Louga. L’inhumation a eu lieu à Bolladji. L’enquête suit son cours.
 

Moussa Ndongo

Vendredi 23 Avril 2021 - 12:03


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter