Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Lutte contre les drogues au Sénégal: une importante quantité incinérée aux Mamelles

Le Sénégal a célébré la journée internationale de lutte contre les drogues coïncidant avec la clôture de la 25ème édition de la semaine nationale de sensibilisation dudit combat. Hier, mardi 26 juin aux mamelles, 2,150 tonnes 467 grammes de chanvre indien, 6,4 kg de cocaïne et 1 Képa d’héroïne ont été incinérés. Les autorités étatiques et les services de répressions ne comptent pas dormir sur leurs lauriers face à ce phénomène.



Lutte contre les drogues au Sénégal: une importante quantité incinérée aux Mamelles
La quantité des drogues incinérées aux Mamelles est de 2,150 tonnes 467grammes de chanvre indien, 6,4 kg de cocaïne et 1 képa (0,7 grammes) d’héroïne. Hier, mardi 26 juin à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les drogues coïncidant avec la clôture de la 25ème édition de la semaine de sensibilisation dudit combat. Cette quantité est inférieure à celle de l’année 2011 avec 5,585 tonnes 636 grammes. Une ferme volonté des autorités pour décourager les usagers (vendeurs et consommateurs) des drogues au Sénégal qui fait notée une baisse de la consommation des drogues grâce à l’augmentation des saisies par les forces de police, de gendarmerie et les Douanes.

A cet effet, malgré l’importante quantité saisie, le chanvre indien ne cesse de gagner du terrain avec l’augmentation des trafiquants et des consommateurs par le commerce du détail. « Le chanvre indien est cultivé dans ce pays.

C’est une plante très peu exigeante et qui peut être cultivée partout, même dans les jardins privés. Il est très difficile à être éradiqué surtout avec la libre circulation dans la sous-région » a révélé le commissaire divisionnaire Mme Aby Diallo, coordonnatrice du Comité interministériel de lutte contre la drogue (Cild). Par conséquent, les services de répression de la police, de la gendarmerie et de la douane ne comptent pas dormir sur leurs lauriers en continuant d’assurer la protection des populations contre ses stupéfiants. « Naturellement, les services de répression, les services d’enquêtes ont toujours élaboré des stratégies par rapport à la protection et aux activités des délinquants » a poursuivi Aby Diallo.

Avec l’application rigoureuse de la loi Abdou Latif Guèye qui prévoit entre 10 et 20 ans de prison ferme pour les trafiquants de drogue, les autorités sénégalaises comptent bien mener le combat contre l’avancée de ce phénomène. « Le Sénégal n’est nullement une plaque tournante du trafic international de drogue en raison de la détermination et de l’engagement de la justice. Nous devons ce recul à une coopération sous-régionale très dynamique, dans le but de conjuguer les efforts et de faire reculer le trafic »  a indiqué le directeur de Cabinet du ministre de l’Intérieur, Mamadou Ibrahima Lô.
Avec Sudonline


Mercredi 27 Juin 2012 - 11:05


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter