Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Mali: Plus de 120.000 déplacés internes et plus de 136.000 réfugiés



En raison de l’escalade de la violence au Mali, les déplacements de population sont une tendance observée dans tout le pays. De 35.000 déplacés en janvier 2018, ce nombre est désormais passé à 123.000. Dans toute la région de Mopti (centre) le nombre est passé de 2.100 en janvier 2018 à presque 66.000 aujourd'hui, selon  le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA).

Ces mouvements de population ne sont pas seulement dus aux conflits communautaires. « Parfois ce sont des déplacements préventifs » surtout « quand on voit dans certains villages, des hommes se préparer ». Comme pour dire que ces déplacements sont inévitables quand la « population ne sent pas en sécurité ». Plus de 136.000 Maliens se sont également réfugiés dans les pays voisins.

De façon générale, les chocs climatiques récurrents et l’insécurité ont des effets dévastateurs sur l’insécurité alimentaire au Mali. Bien que la situation sécuritaire se détériore, les opérations restent sous-financées. Sur les plus de 296 millions de dollars demandés au titre de l’aide humanitaire pour le pays d’Afrique de l’Ouest pour cette année, l’ONU et ses partenaires n’ont reçu qu’un peu plus de 26 millions, soit moins de 10% du montant nécessaire.

Dans le même temps, les besoins humanitaires augmentent. « Lors du lancement de l’appel, nous étions à 3,2 millions de Maliens dans le besoin et maintenant, nous sommes à 3,8 millions, avec la période de soudure dont plus 500.000 personnes qui seront en situation de crise ou d’urgence », a mis en garde la cheffe de OCHA Mali, Ute Kollies.

Si un Malien sur cinq risque de souffrir d’insécurité alimentaire, ce sont plus de 600.000 enfants qui sont à risque de malnutrition aiguë. « Nous avons besoin de financement pour pouvoir aider les Maliens mais nous avons aussi besoin de médiation pour mettre fin à cette spirale de violence », a souligné la cheffe.

Salif SAKHANOKHO

Vendredi 5 Avril 2019 - 16:23



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter