PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)





Malick Gackou : «La libération de Khalifa Sall est au cœur de mon combat politique»



Malick Gackou : «La libération de Khalifa Sall est au cœur de mon combat politique»
Le président du Grand parti (Gp) El Hadj Malick Gackou veut faire de la libération de Khalifa Sall une priorité. C’est du moins ce qu’il a fait savoir dans un entretien accordé à l’Observateur. En effet, l’ancien président du Conseil régional de Dakar est d’avis que le maire de Dakar est un otage du régime, ce qui selon lui mérite d’investir les rues pour exiger sa libération.

 «Pour moi, la libération de Khalifa Sall est au premier rang des priorités dans mon combat politique. Il en est ainsi également pour tous les membres de la coalition et même au-delà, de Sénégalais épris de justice», a-t-il déclaré.

Et de poursuivre : «Un homme comme lui n’a pas sa place en prison. Et c’est tout le sens de notre grand rassemblement du vendredi 19 mai à Dakar pour la libération des otages politiques dont Khalifa Sall et Cie, la défense des libertés, la sauvegardes des ressources naturelles, notamment pétrolières et contre la vie chère et la rétentions des carte d’électeurs» .

S’agissant de la tête de liste de la coalition Manko Taxawu Senegaal au niveau de la capitale sénégalaise, l’ancien dauphin de Moustapha Niasse informe que rien n’a encore été décidé : «Pour Dakar, la réflexion continue, étant entendu que le plus important pour la Coalition du peuple que nous constituons est de gagner dans tous les départements du pays par la conjugaison de nos forces et le soutien actif des populations. C’est sous ce regard tenant compte des enjeux nationaux que la place de mon grand frère Khalifa Sall, maire de Dakar, sur les listes sera déterminante par lui-même, en relation avec la conférence des leaders».

Et de conclure : « Mais quelle que soit la formule retenue, le coefficient personnel de Khalifa Sall sera d’un apport déterminant pour la victoire finale du peuple conte les forces de régression».

Ousmane Demba Kane

Lundi 15 Mai 2017 - 11:30



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter