OFNAC : Seynabou Ndiaye Diakhaté installe le Comité de pilotage et prend date le 20 décembre pour révéler...

Le Comité de pilotage pour l’élaboration de la stratégie nationale de lutte contre la fraude et la corruption est installé ce vendredi par le ministre de la Bonne gouvernance et de la Protection de l’enfance.



Le Comité de pilotage pour l’élaboration de la stratégie nationale de lutte contre la corruption, créé au mois d’octobre dernier, a été installé ce vendredi par la ministre de la Bonne gouvernance et de la Protection de l’enfance, Ndeye Ramatoulaye Gueye Diop, au nom du premier ministre, Mouhamad Boun Abdallah Dionne. L’Union européenne, le PNUD Sénégal et OSIWA étaient représentés. 

Le Comité de pilotage, présidé par la présidente de l’OFNAC (Office national de lutte contre la fraude et la corruption), Seynabou Ndiaye Diakhaté,  est composé « des départements ministériels, du secteur privé et du patronat ».

Cependant, la présidente de l’OFNAC a refusé de se prononcer sur les travaux en cours de sa structure, mais promet de partager avec la presse, le document concernant ces travaux, le 20 décembre prochain. Le ledit document, révélera selon la présidente : « le secteur où on trouve le plus la corruption, et le montant que le Sénégal perd à cause de la corruption ».

« Le Comité disposera de l’assistance et des conseils d’un consultant, recruté à travers le programme de renforcement de l’office national de lutte contre la fraude et corruption PROFNAC/93034/PNUD», a précisé Seynabou Ndiaye Diakhaté. Elle ajoute que «le PROFNAC contribue à renforcer la mission de l’OFNAC dans la mise en œuvre du dispositif juridique et institutionnel par l’adoption de politique et de stratégies aptes à encadrer et à améliorer les actions nationales de lutte contre la corruption ».

Elle a également souligné que : « le Comité a pour mission de superviser, amender et valider les études d’évaluation et d’analyse de situation dans le cadre de l’élaboration de la stratégie nationale. Il identifie et définit les orientations stratégiques pour la prévention et la lutte contre la corruption dans les secteur public et privé ainsi que dans les communautés de bases ».

Selon Mme Diakhaté : « Le Comité dispose de deux mois pour mener les consultations et études nécessaires devant aboutir au documents de stratégie nationale, avec ses projets sectoriels et le coût de sa mise en œuvre ».
 
 

Assane Walo Gueye (Stagiaire)

Vendredi 8 Décembre 2017 - 15:43



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter