Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Réouverture des lieux de culte: et si la fragilisation de l'Etat d'urgence à Médina Gounass avait pesé sur balance



Réouverture des lieux de culte: et si la fragilisation de l'Etat d'urgence à Médina Gounass avait pesé sur balance
dans une vidéo, le khalife général de Léona Niassène, Cheikh Ahmed Tidiane Niass, a publiquement déclaré qu’il dirigera la prière de grande prière du vendredi en toute violation de l’état d’urgence. mieux, il invitait tous les fidèles à venir prier à Néona Niassène. Pendant ce temps « Le Témoin » quotidien a appris que certains chefs religieux se concertent avec des Dahiras dans l’attente des dix derniers jours du mois de ramadan pour célébrer le « Laylat-al-Qadr » ou nuit du destin dans leurs localités et lieux de culte. Et pourquoi pas prier le jour de la Korité, avaient menacé ces barbus tout en dénonçant ce qu’ils qualifient de « deux poids deux mesures ».

On aura compris qu’ils faisaient allusion à la cité religieuse de Médina-Gounass où depuis l’instauration de l’état d’urgence sanitaire doublé d’un couvre-feu nocturne, les mosquées n’ont jamais été fermées. mieux, les cinq prières quotidiennes mais aussi la grande prière du vendredi y étaient effectuées comme si de rien n’était. Face à cette situation, force est de constater que Médina-Gounass est devenu le foyer de la fragilisation de l’Etat d’urgence. Si à Dakar l’Etat d’urgence a été respectée, c’est au niveau des cités et autres villages situés en rase campagne que l’autorité de l’Etat a été piétinée, notent nos confrères du journal Le Témoin.

AYOBA FAYE

Mardi 12 Mai 2020 - 09:52


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter