Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Russie: nouvelle journée de manifestations à l'appel de l'opposant russe Navalny

Une fois encore, ils bravent le froid et la répression policière. Les soutiens d'Alexeî Navalny se rassemblent ce dimanche 31 janvier à travers la Russie. Comme la semaine dernière, ils vont réclamer la libération de l'opposant russe arrêté il y a dix jours à son retour d'Allemagne. Ils dénoncent de plus en plus fort la corruption au sommet de l'État. Des rassemblements sont prévus tout au long de la journée, mais certains ont déjà commencé, notamment en Sibérie.



Les rassemblements ont débuté dans la partie la plus orientale du pays. À Vladivostok par exemple, les manifestants dispersés par la police ont d’ailleurs décidé de finalement se retrouver sur les eaux glacées qui bordent la ville. Il faut dire que ces rassemblement dans l’Extrême-Orient et en Sibérie se font par des températures glaciales, -30 à -40 degrés par endroits.
 
C’est d’ailleurs ce qui avait frappé les observateurs la semaine dernière : le nombre inédit de villes en Russie où les manifestations se sont déroulées – dans des lieux où jamais depuis la fin de l’URSS on ne s’était mobilisé sinon pour des causes locales.
 
On attend désormais la mobilisation dans les grands villes de l’Ouest, à Saint Pétersbourg et à Moscou. Dans la capitale russe, le centre-ville a été totalement bouclé par les forces de l’ordre. La présence policière est d’autant plus importante que les manifestants ont rendez-vous devant un lieu hautement symbolique et stratégique : sur la place de la Loubianka, devant le siège du FSB, les services de sécurité russes.
 
Avant cette journée, les autorités ont tout fait pour intimider les partisans de Navalny. Des intimidations qui visent d’abord l’entourage de l'opposant, avec une vingtaine de perquisitions et de nombreuses arrestations intervenues dans le courant de la semaine.
 
Plusieurs figures de l’opposition, des proches d’Alexeï Navalny sont poursuivis pour avoir lancé des appels à manifester en dépit des restrictions liées au coronavirus, et elles ont été assignées à résidence. 
 
Les autorités russes ont prévenu : elles se montreront très fermes à l’égard des personnes qui iraient manifester, les rassemblements étant considérés comme illégaux. Des arrestations très nombreuses sont à prévoir – il y en a eu 4 000 au total la semaine dernière. Et elles ont déjà commencé ce dimanche : l’ONG OVD Iinfo dénombrait ce dimanche matin une centaine d’arrestations, dont la moitié à Vladivostok.
 
Pour les autorités, il s’agit clairement de décourager les Russes, de casser la mobilisation qui est née la semaine dernière et que les partisans de Navalny aimeraient installer dans la durée. « N’ayez pas peur, a déclaré de son côté Alexeï Navalny dans une lettre écrite de sa prison et publiée sur Internet. La majorité est de notre côté, allez la réveiller. »

RFI

Dimanche 31 Janvier 2021 - 08:51


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter