Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Seydou Diarra Gestion de la crise malienne : « Le Peuple malien peut-il assurer sa révolte contre la France ? »



Seydou Diarra Gestion de la crise malienne : « Le Peuple malien peut-il assurer sa révolte contre la  France ? »
Le glas semble être sonné suite à cette cinquième rébellion dans les régions du nord du Mali, qui dure depuis 2012 et dont IBK a hérité et  a mal géré en écartant le peuple malien volontairement pour  la recherche de solution de sortie de crise. Les faits et gestes qui se sont passés entre temps nous édifient sur la volonté de la France de diviser le Mali pour des intérêts inavoués.
 
En effet, malgré les différentes résolutions de l’Organisation des Nations Unies (ONU) dites musclées, il est évident  que la Force Barkhane et celle des troupes de la MINUSMA restent dans un jeu double et flou contre le peuple malien. Elles observent de façon passive les exactions contre les populations civiles qu’elles disent sécuriser. Les maliens se posent la question de savoir quels sont les objectifs réels et cachés de l’agenda des forces étrangères au Mali.
 
Elles se disent être aux côtés d’un pays supposé être un allié dans la lutte contre le terrorisme au Sahel qui a gagné presque tout le territoire du Sahel avec une forte présence au nord et au centre du pays.Cette forte dose de guerre a atteint  les ethnies dans cette zone du Mali. La France est entièrement pointée du doigt par le peuple malien, surtout avec les différentes déclarations faites par les autorités françaises depuis 2012.

Tantôt certaines de ces autorités disent que les rebelles ont suffisamment remporté beaucoup de victoires et qu’il faille aller désormais aux négociations, d’autres disent que le nord et le sud ont essayé de vivre ensemble sans y parvenir, et qu’il faille faire chambre à part (donc diviser le Mali).

Également l’Ambassade de France s’y est mêlée pour enseigner ‘’la République d’Azawad’’ aux élèves de l’école ‘’Liberté A’’. Pour nous donner un coup de semonce, le 12 mai 2019, un Général français répondant au nom de Jean Bernard Pinatel lors d’une conférence a dit que : « Les objectifs de l’armée sont « être et durer » en reprenant la devise du régiment du Général Bigeard. En effet, l’amélioration de la situation dépend surtout de facteurs non militaires, comme la gouvernance dans les pays du Sahel et en particulier au Mali où la situation ne se stabilisera que si Bamako consent à faire évoluer le statut de l’Azawad, car les Touaregs et les Peuls refuseront toujours de se soumettre aux noirs du sud ».
 

malijet

Vendredi 24 Mai 2019 - 12:59



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter