Tchad: les autorités cherchent des solutions pour renflouer les caisses du pays

La crise de l’économie tchadienne perdure au Tchad. Le gouvernement vient d’annoncer le lancement dans les prochains jours d’une opération dite « zéro déperdition des recettes » de l’Etat. Une opération qui sera chapeautée par l’inspection générale des finances et qui devrait mobiliser une force d’appui composée de près de 500 agents issus des forces de l’ordre, de l’armée, des douanes et des services spéciaux.



Tchad: les autorités cherchent des solutions pour renflouer les caisses du pays

Le Tchad peine encore à sortir de la crise économique engendrée par la chute des cours du baril de pétrole depuis 2014, d’autant que la rente pétrolière représente plus de 70% du budget de l’Etat.
Antoine Doudjidingao, professeur d’économie à l’université de N’Djamena :
« Cette baisse a conduit le gouvernement à prendre des mesures d’austérité budgétaires. Dans la loi de finances 2018, ces mesures visent à améliorer, sinon à optimiser la collecte des ressources. Maintenant tout dépend des moyens à mettre en œuvre pour arriver à réaliser les objectifs prévus. »

Le budget 2018 pour le Tchad prévoit des recettes de environ 846 milliards de francs CFA, contre 690 milliards l’année dernière. Ce qui fait donc une légère augmentation de 156 milliards de francs CFA. Comment arriver à mobiliser les recettes prévues et faire peut-être plus ? Les autorités comptent renforcer la lutte contre la corruption, un fléau qui s’est renforcé depuis que le Tchad exporte du pétrole.

Antoine Doudjidingao : « Avec les ressources pétrolières, l’augmentation des investissements aussi bien publics que privés, devrait en principe se traduire par une augmentation des recettes fiscales et non fiscales. Or, on sait que les recettes fiscales n’ont pas substantiellement augmenté et les autorités ont constaté qu’il y a une déperdition assez importante des recettes non fiscales et fiscales. »

L’ALCOMET, l’Association de lutte contre la corruption et les malversations économiques au Tchad salue cette opération « zéro déperdition des recettes » annoncée par le gouvernement. Une opération qui devrait s’accompagner de la traque aux corrupteurs et aux corrompus.

Mais Foula Baba Issac, de cette ONG, reste sceptique.
« Plusieurs fois, le gouvernement tchadien a fait cette déclaration de s’engager à lutter contre la corruption. Si le gouvernement dit s’engager dans ‘une formule de corruption zéro’, nous voulons le voir à l’œuvre. Il va falloir que ceux qui seront sur ce chantier soient formés. Sinon, ils vont procéder aux règlements de compte et cela va engendrer la violation flagrante des droits de l’homme. »

Le ministre tchadien des Finances et du Budget a annoncé la mise en service d’un numéro vert, le 700 à l’intention des opérateurs économiques, pour qu’ils puissent dénoncer toute tentative de corruption.


RFI

Lundi 22 Janvier 2018 - 09:55



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter