Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Tunisie : Moncef Marzouki prend ses fonctions au palais présidentiel de Carthage

Le nouveau président Moncef Marzouki a pris ses quartiers le 13 décembre au palais présidentiel de Carthage, près d'un an jour pour jour après le début de la révolution qui chassa Zine el-Abidine Ben Ali ex-président Tunisie du pouvoir. La prise de fonction de Moncef Marzouki ouvre la voie à la formation du gouvernement d'Hamadi Jebali, le numéro deux du parti islamiste Ennahda, qu'il nommera officiellement ce mercredi.



Le nouveau président tunisien Moncef Marzouki avec l'ancien président par intérim Fouad Mebazaa (g) devant le palais présidentiel de Carthage, Tunis le 13 décembre 2011. REUTERS/Zoubeir Souissi
Le nouveau président tunisien Moncef Marzouki avec l'ancien président par intérim Fouad Mebazaa (g) devant le palais présidentiel de Carthage, Tunis le 13 décembre 2011. REUTERS/Zoubeir Souissi
Fier et solennel, Moncef Marzouki vêtu du burnous, l'habit de laine traditionnel tunisien, a prêté serment la main sur le Coran. Une prestation suivie d'un discours ému en hommage aux morts de la révolution. « Sans leur sacrifice, a-t-il-dit, les larmes aux yeux, je ne serais pas à cet endroit. Nous sommes tenus de réaliser les objectif de la révolution » a poursuivi le nouveau président tunisien avec un mot rassembleur pour les femmes. « Il faut les protéger, a-t-il-dit, celles portant le niqab, le voile et mais aussi les femmes non voilées ».

Un message réconciliateur devant les 217 élus de la Constituante, qui la veille, avaient validé sa candidature. Un message dans l'espoir peut-être de faire le pont entre islamistes et gauche moderniste. Et ce alors qu'aujourd'hui, conformément à l'accord de coalition conclu en coulisses entre les islamistes et leurs deux alliés du centre gauche, Moncef Marzouki va nommer celui qui sera le vrai chef de la politique tunisienne.

Le Premier ministre aux pouvoirs plus étendus que le président, un poste qui sera confié au numéro deux d'Ennahda, Hamadi Jebali qui devra dans les jours suivants nommer son gouvernement largement dominé par les islamistes.
Source: RFI


Mercredi 14 Décembre 2011 - 13:03




1.Posté par safira le 15/12/2011 23:09
il n'y a pas eu lieu d'attendre longtemps en Tunisie pour que le niqab soit officiellement reconnu; les filles en niqab vont pouvoir entrer librement dans les écoles, les universités. Quasi sans combattre les salafistes ont gagné la bataille - une fois le niqab légitimé, il va s'étendre de manière irréversible, les Tunisiennes vont adopter cette tenue, renvoyer la culture occidentale aux calandres grecques; et celles qui ne l'adopteront pas de bonne grâce se verront progressivement sous pression grandissante. La Tunisie, la plus évoluée, la plus éduquée la plus proche de l'occidentalisation ne pouvait avec la démocratisation s'ouvrir plus encore vers l'Europe, et pour empêcher toute évolution en ce sens, les salafistes se devaient d'intervenir sans délais, mais de là à ce que la Tunisie tombe sans véritablement de coups à donner, c'était proprement inimaginable. La Perse était également très ouverte et a basculé en 2 temps 3 mouvements dans les bras des Ayattolahs; l'histoire ne fait que se répéter avec la Tunisie, mais c'est tout le monde musulman qui va tomber sous le symbole du niqab, emblême de la culture saoudienne; ils n'ont plus seulement le pétrole, ils ont maintenant le niqab pour partir à la reconquête de leurs populations

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter