Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



«Un président de la République au service de sa population diffère de loin d’un maire au service de ses intérêts personnels»



«Un président de la République au service de sa population diffère de loin d’un maire au service de ses intérêts personnels»
Les périodes préélectorales ont cela de rédhibitoire qu’elles font le lit d’activismes hors de propos émanant d’entrepreneurs politiques qui tentent d’occuper le devant de la scène à cor et à cri, avec  l’arrière-pensée de tirer des dividendes personnelles de leurs élucubrations dans l’espace public. Ne se limitant plus à nier l’évidence, en tentant de jeter le discrédit sur les réalisations sans commune mesure du président de la République, d’aucuns versent dans une surenchère puérile, en servant à l’opinion des déclarations on ne peut plus tirées par les cheveux. L’une des dernières en date émane du maire des Parcelles Assainies qui, au lieu de s’atteler à respecter  son mandat en améliorant le vécu quotidien sur le territoire communal, se distingue par une agitation circonstancielle dans l’optique, comme il en a l’habitude, de préserver ses intérêts crypto-personnels. En s’attaquant à la personne du président de la République Macky Sall il cherche à jeter le discrédit sur un leader qui, en moins de cinq  ans a pu créer son parti et remporter l’élection présidentielle de manière démocratique, au nez et à la barbe d’un régime qui a utilisé tous les moyens de l’Etat pour le combattre. Cet homme qui ne doit son existence politique qu’à des coups bas portés à ceux qui l’ont toujours  soutenu (Pape Diop, Karim Abdoulaye Wade et dernièrement Khalifa Sall), ne pourra jamais porter atteinte à l’image d’un président qui réalise les engagements pris devant le peuple sénégalais à travers les projets structurants du Plan Sénégal Emergent.
Après avoir cheminé avec Khalifa Sall pour jouir de son aura en vue d’être réélu maire des Parcelles Assainies, il a entrepris de retourner sa veste en faisant de l’œil à ses anciens camarades du Parti démocratique sénégalais. Et bien que conscient de l’étau judiciaire dans lequel est empêtré le maire de Dakar, cet avocat du diable œuvre dans le sens de défendre l’indéfendable, en cautionnant à la surprise générale les détournements de deniers publics présumés pour ce qui a trait à la gestion de la caisse d’avance de la ville de Dakar dont il dit avoir amplement bénéficié.
 
L’attitude qui siérait en la matière devrait être de balayer devant sa porte, en prenant en charge les préoccupations des Parcellois. Ne serait-ce qu’en améliorant la qualité des services de l’hôpital Mame Abdou Aziz Sy qui  manque à ce jour de services de radiologie et d’ophtalmologie pour ne citer que ceux-là. Fort heureusement, le président de la République, dans une dynamique de développement inclusif, et hors de toutes considérations politiciennes, s’est attelé, depuis son élection, à transformer de manière significative les conditions de vie des populations. Sous ce rapport, il n’a ménagé aucun effort pour financer la reconstruction du stade municipal des Parcelles  Assainies qui est resté cinq ans hors service, du fait de l’incapacité du maire qui a privé la jeunesse de  pratiques sportives. Dans ce même ordre d’idées, le président Macky Sall a permis, à travers le programme de modernisation des villes (Promovilles), de faire du pavage des rues ensablées des Parcelles Assainies une réalité. Aussi, à travers l’Agetip, le chef de l’Etat n’a ménagé aucun effort pour réfectionner les écoles en ruines, soulageant par la même occasion des vieilles doléances des parents  et élèves de la commune. Un président de la République au service de sa population diffère de loin d’un maire au service de ses intérêts personnels.
 

DJIBRIL BA, CADRE APR AUX PARCELLES ASSAINIES

Lundi 29 Janvier 2018 - 12:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 13 Septembre 2018 - 18:24 Macky Sall, le Libéralisme, et la BCEAO