PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




​Seydou Guèye : « Karim Wade sait qu’il ne peut être ni électeur ni éligible »

Le porte-parole de l’Alliance pour le République (Apr) a fait face à la presse ce vendredi dans la matinée pour se prononcer sur le rejet de l’inscription de Kharim Wade des listes électorales. Seydou Gueye qui se veut clair, déclare que «Karim Wade, lui-même, sait qu’il ne peut être ni électeur ni éligible».



Seydou Guèye, Yakham Mbaye et d'autres cadres de l’Apr ont fait face ce vendredi aux journalistes pour parler de l’affaire Karim Wade. Le porte-parole de l’Apr de rappeler d’emblée que « les faits qui accablent Karim Wade sont constants. Et, l’intime conviction du juge s’est traduite par une peine d’emprisonnement qui n’a pas été effacée par la grâce».
 
Selon  Seydou Guèye  : «Karim Wade a été condamné par la justice sénégalaise à une peine de 6 ans de prison assortie d’une amende de plus de 130 milliards F CFA. Par conséquent, souligne-t-il, après épuisement de toutes les voies de recours, cette décision de justice est définitive».

Poursuivant, il ajoute que sur la base des dispositions de l’article 31 du code électoral, « Karim Wade sait mieux que quiconque qu’il ne peut être ni électeur encore moins éligible ».

Ne s’arrêtant pas là, M. Guèye de pester : «Comment comprendre que quelqu’un puisse avoir plus d’une vingtaine de comptes bancaires dans une principauté, s’il n’est pas dans des montagnes financiers douteux. Juste pour chercher à brouiller les pistes. Une telle attitude sort de l’ordinaire. Et les soupçons de 2012 se sont révélés au grand jour».

Sur la décision rendue, par le juge de Monaco, le porte-parole de la mouvance présidentielle, de répondre : «cela ne remet absolument pas en cause la décision de la justice sénégalaise malgré les triomphalismes infantiles des affidés de Karim Wade».

Par contre, précise-t-il, «elle montre juste les limites de la coopération judiciaire, à l’instar des difficultés rencontrées par des pays engagés dans de recouvrement de biens mal acquis, bien avant ou bien après le Sénégal ».

Aminata Diouf

Vendredi 13 Juillet 2018 - 15:30




1.Posté par mayday le 13/07/2018 17:16
avoir un adversaire intelligent vaut mieux qu'un partisan idiot et borné.
Les juges en dehors du Sénégal sont indépendants

2.Posté par diatta le 13/07/2018 18:01
peux tu la fermer

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter