Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Allemagne : elle veut le plus petit tour de taille du monde

Michèle Köbke est une adepte du « tightlacing ». Depuis trois ans, cette Berlinoise âgée de 24 ans porte, de jour comme de nuit, un corset afin d’obtenir le plus petit tour de taille possible, rapporte le site du « Daily Mail ». D’un tour de taille avoisinant les 64 centimètres, elle est passée à 40 centimètres. Et Michèle Köbke ne compte pas s’arrêter là. Elle espère en effet entrer au « Guiness des records ». Pour cela, elle va devoir « battre » l’Américaine Cathie Jung, âgée d’une soixantaine d’années, qui affiche, elle, un tour de taille de 38 centimètres.



Allemagne : elle veut le plus petit tour de taille du monde

Elle met sa santé en danger

« Les gens sont abasourdis quand ils me croisent dans la rue et me regardent avec insistance pour être sûrs de ce qu’ils sont en train de voir. Les hommes réagissent différemment. Certains aiment ma silhouette, d’autres sont choqués mais me trouvent quand même belle », explique la jeune femme sur le site du « Huffington Post  ». « Il y en a quelques-uns qui disent que c'est trop extrême. Je ne m'inquiète pas vraiment de ce qu'ils pensent. Tout le monde à sa propre opinion », ajoute-t-elle ensuite. Au-delà de la méthode radicale employée pour obtenir ce tour de taille, ce sont les risques sur la santé de Michèle Köbke qui inquiètent les médecins. Dans un reportage pour la télévision allemande, un médecin explique ainsi que Michèle Köbke est devenue dépendante de ses corsets, car ses muscles se sont atrophiés. Pour dormir, mais également pour aller nager, elle est obligée de les porter. Elle a également des difficultés à respirer et à bouger et ne mange qu’en petites quantités.

« C’est devenu une obsession »

« Les gens pensent que ça a l’air douloureux mais ça ne l’est pas tant que ça. J’ai des marques sur la peau qui me brûlent un peu, mais je les soigne avec un antiseptique et elles disparaissent très rapidement », assure-t-elle. « Je me suis tellement habituée à mes corsets que je ne me sens pas bien lorsque je n’en porte pas. C’est devenu une obsession. Je ne peux plus m’imaginer sans eux ». En trois ans, la jeune femme a dépensé 2 500 livres (environ 2 900 euros) pour se faire faire plusieurs corsets sur mesure et ne les retire que pour prendre sa douche. Jusqu’où ira-t-elle, au mépris de sa santé ?


Elle.fr

Lundi 10 Juin 2013 - 17:25



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 20 Décembre 2018 - 17:27 Sadio Mané va se marier avec une tunisienne

Vendredi 19 Octobre 2018 - 17:05 Neymar rompt avec sa copine