Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



CAN 2019: le sélectionneur du Kenya promet d’être à la hauteur face au Sénégal



CAN 2019: le sélectionneur du Kenya promet d’être à la hauteur face au Sénégal
Le sélectionneur du Kenya Sébastien Migné, a promis d’être à la hauteur face aux Lions de la téranga, même si le fait de jouer le Sénégal qui est le numéro un africain sur le classement Fifa en et ancien mondialiste, ne sera pas facile, lors de la CAN 2019, en Egypte.

« Il était difficile d’avoir un tirage plus difficile pour le Kenya. Mais les tirages difficiles ou bons, on le saura auprès. Je pense qu’on va aller dans cette compétition sans pression. Le fait de jouer le Sénégal qui est le numéro un africain sur le classement Fifa et ancien mondialiste, ne sera pas facile », reconnait-il.

Pour Sébastien Migné, « jouer le Sénégal et l’Algérie, cela veut dire que le Kenya est à nouveau sur la carte continentale. C’est plutôt bien. Lors des dernières épreuves de la CAN avec le Cameroun en 2017. Ca a mis en avant des collectifs on va s’appuyer sur ça pour essayer de contrarier ces pays où il y a de fortes individualités. Il va falloir que, collectivement, on essaie d’être à la hauteur ».

Le sélectionneur du Kenya se fixe comme objectif de sortir ces phases de poules. « Quand on s’engage dans une compétition, on ne va pas aller pour voir les pyramides en touristes. L’idée, c’est de sortir de ce groupe, sachant qu’il y aura les quatre meilleurs troisièmes ».

« Je pense qu’on aura un match derby contre la Tanzanie qui peut être décisive pour essayer d’avoir la 3e place, même si on peut aussi avoir la 2e voire la 1ère place. Je me souviens en 2015, avec le Congo, pas beaucoup auraient parié sur une première place, à l’issue de la première phase de poule. Ce qui est notre cas. Et après sur un match qui est envisageable, on l’a prouvé contre le Ghana. On a aussi quelques arguments », prévient-il.

Salif SAKHANOKHO

Mardi 23 Avril 2019 - 11:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter