Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Cameroun: Enquête judiciaire après la catastrophe ferroviaire



Cameroun: Enquête judiciaire après la catastrophe ferroviaire
Une enquête judiciaire a été ouverte au Cameroun après la catastrophe ferroviaire qui a coûté la vie à 79 personnes lorsqu’un train assurant la liaison Yaoundé-Douala a déraillé vendredi près de la ville d'Eseka (centre), a annoncé mardi le parquet de la Cour d'appel de la région du Centre.
 
"Une enquête judiciaire conjointe police-gendarmerie a été ouverte" à la suite de l'accident" ayant entraîné des "pertes en vies humaines et autres dommages corporels", a indiqué le parquet de la Cour d'appel, dont dépend Eseka.
 
L'enquête est "conduite par le directeur de la police judiciaire et le chef de service central des recherches judiciaires (gendarmerie)", a précisé le parquet dans un communiqué lu sur les antennes de la radio d'Etat.
 
De même source, les investigations sont placées sous la direction des procureurs près les tribunaux d'Eseka et de grande instance du Mfoundi à Yaoundé, le procureur général près la Cour d'appel du Centre en assurant le contrôle.
 
Le parquet invite "toute personne intéressée par l'enquête (à se) rapprocher de ces responsables" en charge de l'enquête.
 
Le train était bondé lorsqu'il a déraillé vendredi à la mi-journée près de la gare d'Eseka (200 km au sud de Yaoundé).
 
Quelques heures auparavant, un pont s'était effondré sur l'axe routier reliant les deux villes, interrompant toute circulation. Les voyageurs s'étaient rabattus en masse sur la liaison ferroviaire.
 
Oure les 79 morts, quelque 550 personnes ont été blessées dans l'accident.
 
Dimanche le président Paul Biya avait assuré avoir "prescrit une enquête, une enquête approfondie pour établir les causes profondes de ces accidents, ou de ce drame".
 
De son côté la société ferroviaire Camrail, filiale du groupe français Bolloré, avait indiqué samedi que "des enquêtes techniques étaient menées (...) pour déterminer les causes de cet effroyable accident" et que "leurs conclusions, dès qu'elles seraient connues, feraient l'objet d'une communication".


Mardi 25 Octobre 2016 - 18:56



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >