Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Chronique: Feuille de route écornée



Chronique: Feuille de route écornée
En déclinant son discours de politique générale, le Premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye a inutilement sali sa feuille de route. Son adresse à la nation via les représentants du peuple et les canaux d’information, malgré sa longueur, ses insuffisances et ses redites, résonnait avec une forte tonalité de lucidité faisant écho aux cris de détresse citoyens. C’était tout à son honneur et au bonheur de ceux qui lui prêtaient une oreille attentive. Mais ce début d’humilité et de réalisme ambitieux a cédé la place à une suffisance que rien ne justifiait au moment des échanges avec les députés, notamment ceux de l’opposition.

L’évocation des assises nationales ne devait guère susciter l’ire du chef du gouvernement qui devait venir faire une offre de redémarrage à la représentation nationale. Le pays est en panne et a besoin d’une relance. Toutes les énergies doivent y contribuer, y compris celles issues des assises organisées par des acteurs de l’opposition et de la société civile. Cela est d’autant plus évident que le Premier ministre a été désigné par le leader de son camp pour conduire les discussions préliminaires du dialogue politique. Un dialogue qui se veut sincère n’est pas un assemblage de monologues guerriers. Quand on initie un projet dont on est convaincu de la pertinence, on ne doit pas créer les conditions objectives de son échec. Ce n’est pas responsable.

L’opposition est dans son rôle en déclarant que les assises sont nécessaires pour l’émergence du Sénégal. Le Président avait montré, en recevant le khalife général des mourides, sa disposition à prendre quelques « bonnes idées » de cette réflexion. L’attitude du pouvoir est de dire aux « assisards » de verser cet intrant dans le vase des débats. A charge pour les parties prenantes de démonter la pertinence ou non de chaque proposition. Argument contre argument. Sans question tabou. Si l’intention est de sortir vraiment le Sénégal de l’ornière. Cette posture est plus valeureuse que le jeu de dupes ou le théâtre d’ombres que la classe politique veut servir comme spectacle à ces Sénégalais fatigués d’être Sénégalais pour reprendre le juste propos du député libéral amadou Ndiaye Lô.

Le risque est grand pour la période qui nous sépare de la présidentielle prévue en 2012 de voir la classe politique transformer notre pays en un vaste champ de batailles. C’est plus qu’habituel, les moments préélectoraux sont source accrue de tension et ceux post-électoraux explosifs. Les exemples sont légion, surtout en Afrique. D’où la nécessité de construire des consensus minimaux dynamiques. L’équilibre précaire de nos nations y gagne.

Cela est urgent d’autant plus que les appétits s’aiguisent et se manifestent de jour en jour en direction de la future consultation électorale. Cette échéance risque d’être inédite, en ce sens qu’elle pourrait être la seule élection depuis 1960 où le président sortant ne sera pas candidat à sa propre succession. Les jeux ont de fortes chances d’être plus ouverts. Nonobstant la faible barrière constitutionnelle, il est très peu probable et ce serait inélégant que le Président Abdoulaye Wade, qui sera âgé de 86 ans, envisage de rempiler à la tête de l’Etat. Il lui incombe donc de réussir sa sortie par une dévolution transparente et apaisée du pouvoir afin de laisser une trace honorable à la postérité. Cela vaut mieux que tous les festivals, monuments, ponts, tunnels et routes.

Le Premier ministre, dans son discours, a parlé de proximité, de pragmatisme et de performance comme le triptyque de son action. Joli tout cela. Mais le discours et certains actes de défiance qui continuent d’être posés ( Conseil économique et social, Vice-présidence, boulimie foncière au sommet, indifférence aux revendications des travailleurs, affaire Bara Tall/JLS…) pourraient transformer ces trois P en trois E : éloignement, esquive et échec. Eloignement par rapport aux attentes des populations, esquive par rapport à la dure réalité et échec des projets et initiatives. Un véritable gâchis.

Il y a deux mois, nous parlions de gouvernement outsider pour qualifier l’attelage du sixième Premier ministre de Me Wade, si l’on n’y prend garde, il risque d’être tout simplement un gouvernement tocard au grand dam du peuple sénégalais qui est appelé à faire un pari gagnant sur l’avenir. On change un cheval qui ne gagne pas.

Abdoulaye Sylla

Mardi 28 Juillet 2009 - 09:38


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter