Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Chronique : Minables !



Chronique :  Minables !
Le passage d’une bande annonce sur la TFM commande ces quelques lignes de réflexion. Il s’agit de l’annonce de l’émission «Ada ak Coosan » où Papa Ngagne Ndiaye avait comme invité Babacar gaye, président du conseil régional de Kaffrine et porte-parole du PDS. Je n’avais pas suivi l’émission mais les quelques minutes de la bande annonce sont révélatrices relativement au manque de culture de certains de nos hommes politiques. Babacar Gaye se plaisait avec la complicité du présentateur de l’émission de s’en prendre au ministre de la décentralisation et des collectivités locales, Aliou Sow, son « frère de parti » et son ministre de tutelle.

Babacar gaye se disait être un vrai descendant du Ndoucoumane (Kaffrine et environ) avec des ancêtres venus des terres lointaines de la Mauritanie. En comparaison avec le ministre Aliou Sow, dans un ton ironique, Monsieur Gaye disait entendre que son père était de Kaffrine mais il paraît que sa mère est originaire de Keur Madiabel(Kaolack). Allant toujours dans ses explications, dans une bande annonce d’ailleurs hors norme, le président du conseil régional de Kaffrine avançait partager avec Aliou Sow, Kaffrine mais pas « le PENC » de Kaffrine c’est-à-dire là où tout se décide. Autrement dit, ses ancêtres sont les anciens dignitaires de la province du Ndoucoumane contrairement à ceux de Monsieur Sow. Comme disait un rappeur sénégalais s’attaquant à un autre, on est de la même école mais pas de la même classe, nous sommes réunis par la récréation, à la fin chacun retourne dans sa classe.

Voilà des esprits rétrogrades qui ne méritent pas de diriger la plus petite contrée du Sénégal. De même ils ne méritent pas d’être sur les plateaux de nos télévisions, les studios de nos radios et colonnes de nos journaux. Mais à partir du moment où des gens qui se disent journalistes, qui n’ont ni la compétence ni le mérite de se retrouver derrière le micro, sont là pour l’animation d’émission, ces esprits rétrogrades vont continuer d’occuper nos médias au grand dame du public et des vrais professionnels de la presse.

Nous avons tous les mêmes ancêtres, qui se sont battus avec le sabre, la foi, contre l’occupation coloniale, des ancêtres qui ont vendu d’autres ancêtre pour de simples pacotilles ou encore ceux qui ont fui sous la puissance de feu du colonisateur. C’est tout cela le Sénégal !

C’est dire que nous avons encore beaucoup de problèmes internes à régler culturellement parlant. Seulement si le blocage vient du sommet c’est désespérant. Après le festival mondial des Arts nègres, il nous faut le festival national des Arts nègres mais aussi une réflexion sur les éventuelles conséquences désastreuses de la provincialisation relativement à ces visions culturellement partisanes et sources de divisions.




NDiaga Diouf

Mercredi 1 Décembre 2010 - 04:01


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter