Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)

Climat: en France, le gigantesque incendie qui dévaste la Gironde gagne du terrain

En Gironde, où 11 000 hectares de végétation ont brûlé depuis mardi, un feu d'une ampleur exceptionnelle regagnait du terrain ce lundi 18 juillet. De nouvelles évacuations étaient en cours sur la commune de Cabanac, dans le secteur de Landiras. Les 1 500 pompiers, venus de toute la France, attendent, épuisés, du renfort.



En quelques heures le vent a tourné, et tout a basculé. Il faut donc revoir dans l’urgence les plans de bataille. La lutte acharnée pour stopper ces feux est loin de se terminer. Réagir vite, mettre en place de nouvelles stratégies, par exemple en abattant les parcelles de pins, épargnées jusqu’ici par les flammes, afin d’éviter de nourrir ce feu qui dévore tout sur son passage.
 
À quelques kilomètres de Landiras, le deuxième foyer de La Teste-de-Buch, qui semblait être stable, se dégrade à son tour : le feu est arrivé à la mer et se dirige vers le sud.
 
Alors que la journée s’annonce très chaude, 44 degrés, avec des rafales d’une puissance de 60 kilomètres heure, de gros moyens sont en train d’être déployés. Deux cents sapeurs-pompiers supplémentaires sont attendus pour épauler les équipes déterminées mais épuisées.
 
Pompiers épuisés
Dans la chaleur et les fumées toxiques, les soldats du feu attaquent en effet leur sixième jour au cœur du brasier qui progresse de jour comme de nuit. Les sapeurs-pompiers combattent sans relâche.
 
« On est assez fatigué quand même, c’est assez éprouvant. Il y a une accumulation de jours pour plusieurs collègues d’entre nous, la fatigue s’accumule… », explique l'un d'eux, quand un autre opine : « quand on est face à la chaleur c’est compliqué. »
 
Ils sont prêts à aller jusqu'au bout de leurs forces pour combattre le feu. Un dispositif de soutien sanitaire a été déployé pour leur venir en aide.
 
« Dès qu’ils ont cinq minutes de pause, lorsqu’ils font le plein du camion, on vérifie leur état de santé, leur état physique, leur état moral, leur état de fatigue, et c’est l’ensemble qui nous donne des petits indices, qui nous permet de dire ‘cette partie de l’équipe doit être mise au repos maintenant ou peut continuer son action', résume Fabien Saunier, l'infirmier qui coordonne le dispositif. Si on les laisse faire, on ne les arrête pas. »
 
Car malgré l'épuisement et la fatigue, les pompiers sont déterminés à remplir leur mission : terrasser ce monstre de feu, « la bête », comme ils l'appellent.
 
« Nous sommes dans des zones forestières, la zone de Landiras est une zone située en plein milieu de la forêt, explique Arnaud Mendousse, le lieutenant du service départemental d'incendie et de secours de la Gironde. Depuis cinq jours, la population nous accueille, nous nourrit, nous encourage, accueille tous les pompiers, et loge tous les sapeurs-pompiers de France qui sont dans le département actuellement… Donc les mairies se mobilisent, les habitants se mobilisent, énormément de bénévoles se présentent pour venir nous apporter leur soutien, et c’est là aussi un élément qui nous permet de tenir dans le temps. »
 
Les autorités appellent également à la prudence. « Des habitants reviennent dans leurs maisons en essayant d’éviter les gendarmes, c’est un comportement qui n’est pas responsable, déplore Vincent Ferrier, le sous-préfet de la Gironde. On demande vraiment aux populations évacuées, surtout avec ces conditions météo, ce vent tournant, de ne pas revenir dans les secteurs qu’on évacue. Pourquoi ? Parce qu'ils se mettent en danger potentiellement, même si on a l’impression que sur le secteur ça va mieux. Par ailleurs, ils mettraient en danger potentiellement les pompiers qui seraient amenés à venir les chercher si c’était compliqué. »

RFI

Lundi 18 Juillet 2022 - 15:28


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter