Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Comment le coronavirus a renforcé la rivalité entre la Chine et les États-Unis en Afrique



Comment le coronavirus a renforcé la rivalité entre la Chine et les États-Unis en Afrique
Avec la pandémie du coronavirus sur le continent, la Chine et les États-Unis prétendent être les plus grands partisans de l'Afrique, mais l'enjeu de cette rivalité croissante va bien au-delà de la simple lutte contre le virus, écrit Andrew Harding, correspondant de la BBC en Afrique.

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a été catégorique : "aucun pays ne rivalisera avec les États-Unis" pour ce qui est du soutien à la lutte contre le Covid-19 en Afrique. Et il est allé plus loin en disant qu'"aucune nation n'a jamais fait, ou ne fera jamais" plus pour soutenir la santé mondiale.

M. Pompeo s'exprimait lors d'une conférence téléphonique avec un petit groupe de journalistes africains et basés en Afrique. J'étais l'un d'entre eux.

À l'époque - le mois dernier - j'ai mis l'accent sur le fait qu'"aucune nation n'a jamais fait plus" en raison des habitudes rhétoriques désormais familières de l'administration Trump, qui essayait manifestement de peaufiner ses références internationalistes à la suite de sa décision de tourner le dos à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) au plus fort d'une crise sanitaire mondiale.
 Il semblait malvenu de souligner que les 170 millions de dollars d'aide nouvelle que M. Pompeo se vantait d'apporter à l'Afrique étaient presque certainement égalés - ou dépassés - par le don d'un seul milliardaire chinois - Jack Ma.

Mais il y a quelques jours, j'ai vu un article sur l'Afrique dans un média contrôlé par l'État chinois, le Global Times, et je me suis souvenu des remarques de M. Pompeo, et j'ai été frappé par la place qu'occupe désormais l'Afrique dans le nouveau champ de bataille de la guerre froide de Washington et de Pékin. Et par le fait que - comme dans la précédente guerre froide officielle - une crise soudaine, comme celle de Covid-19, se transforme inévitablement en une sorte de conflit par procuration.


L'article du Global Times se vantait que le "système politique solide" de la Chine avait étayé son propre succès dans la lutte contre Covid-19.

Et il est allé plus loin. Le temps était certainement venu, selon lui, pour les nations africaines de mettre fin à leur expérience ratée de démocratie multipartite occidentale - une expérience qui avait conduit à l'inégalité, aux divisions ethniques et religieuses, à la violence et à la "destruction de vies et de biens".

L'Afrique devrait plutôt suivre la voie de l'État à parti unique de la Chine.

 Peu après, j'ai repéré un autre article dans un autre journal chinois contrôlé par l'État, le China Daily, qui faisait l'éloge de "l'effet domino" de l'ambitieuse "Initiative ceinture et route" de Pékin en Afrique, une stratégie d'investissement et d'infrastructure géante qui accélérait le redressement du continent "après des siècles d'esclavage, de colonialisme, de domination néocoloniale et maintenant de Covid-19".

La réponse de M. Pompeo à cette question a été brusque. Le Parti communiste chinois imposait "une dette énorme... aux pays africains... à des conditions incroyablement onéreuses qui auront un impact sur les populations africaines pendant très longtemps".

Quelques jours plus tard, j'ai participé à une discussion Zoom sur les relations entre la Chine et les États-Unis en Afrique - décrite par le modérateur comme un "duel de plus en plus toxique". Et, j'ai écouté un professeur chinois faire remarquer que le coronavirus aidait les journalistes africains à apprécier les vertus du paysage médiatique chinois (fortement censuré).

"Les médias occidentaux se concentrent sur les mauvaises nouvelles, négatives", a déclaré le professeur Zhang Yanqiu, mais les lecteurs voulaient plus d'histoires positives en temps de crise.

En d'autres termes, dit-elle, ils veulent le modèle chinois de "journalisme constructif". Elle a mentionné qu'elle avait récemment rencontré un enthousiasme évident pour ce modèle parmi les journalistes éthiopiens. Mais le journalisme africain est-il si facilement influençable ?
 Lorsque j'ai demandé à M. Pompeo s'il pensait que l'image de l'Amérique en Afrique avait été ternie par les récents commentaires du président Trump sur l'utilisation de désinfectants ou de rayons UV pour traiter le virus, le secrétaire d'État n'a pas répondu directement à la question.

Mais, il a plutôt laissé entendre que les déclarations publiques de M. Trump avaient été mal comprises ou délibérément déformées par des médias biaisés ou contrôlés par le gouvernement.

Ce fut un moment étrange lors de la conférence téléphonique.

Pendant des décennies, la diplomatie américaine a, dans une certaine mesure, cherché à promouvoir et à protéger le journalisme indépendant en Afrique contre les régimes autoritaires et la censure.

Mais aujourd'hui, le président américain lui-même rejette régulièrement les journalistes de son pays, les qualifiant de "faux", de "radoteurs" et d'"ennemis du peuple".

En écoutant M. Pompeo, on a soudain eu l'impression que les points de vue de Pékin et de Washington sur le "journalisme constructif" n'étaient plus aussi éloignés.
 Il est juste de souligner que les États-Unis - notamment par le biais de l'énorme plan d'urgence pour la lutte contre le sida (Pepfar) de l'ancien président George Bush - ont fait énormément pour promouvoir les soins de santé en Afrique.

Mais il est également clair que la Chine utilise la couverture de Covid-19, et les nombreuses distractions et luttes actuelles de l'Amérique, pour promouvoir son programme politique sur le continent avec une audace et - je le soupçonne - une efficacité croissantes.

Cela ne veut pas dire que les États africains - ou les journalistes - sont des pions, qu'ils peuvent être manipulés à volonté par les puissances mondiales.

Mais combien de gouvernements sur le continent, lourdement endettés auprès des banques chinoises et soumis à une pression économique croissante liée au Covid-19, pourraient maintenant être tentés d'abandonner "le format multipartite... populiste en faillite", et de s'orienter vers la "résilience" du système politique chinois ?

BBC

Lundi 22 Juin 2020 - 14:12



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter