Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Criminalisation du viol: un député souhaite l’ajournement des débats afin décerner les non-dits de cette loi



Criminalisation du viol: un député souhaite l’ajournement des débats afin décerner les non-dits de cette loi
En séance plénière ce lundi à l'Assemblée nationale, le président du Groupe parlementaire Liberté et Démocratie, Serigne Cheikh Bara Dolly Mbacké a souhaité l’ajournement des débats afin décerner les non dits de la loi portant sur la criminalisation du viol au Sénégal. Pour le député de l’opposition, il y a une conspiration qui ne dit pas son nom avec ce projet de loi. 
 
« Je n’ai rien contre cette loi qui vise notamment à durcir la répression du viol et de la pédophilie par des sanctions pouvant aller jusqu'à la réclusion criminelle à perpétuité. Mais ce quoi dont je ne compte pas laisser passé, c’est l’introduction de l'article 319 du code pénal sénégalais qui stipule que l'homosexualité est punie, au Sénégal, aux termes de, alinéa 3, issu de la loi no 66-16 du 12 février 1966 : « sera puni d'un emprisonnement d'un à cinq ans et d'une amende de 100 000 à 1 500 000 francs, quiconque aura commis un acte impudique ou contre nature avec un individu de même sexe », soutient le député de l’opposition pour qui cet amendement doit être retiré, et que cela doit pas concerné les débats de ce jour. 
.
Mieux, il ajoute que cela est fait exprès, politiser l’affaire, "comme en a l'habitude le pouvoir, en passant par les femmes pour introduire l’homosexualité, qui devrait être criminalisé au même moment que le viol », s’indigne t-il, avant de balancer que derrière la criminalisation du viol présentée comme un cadeau de fin d'année pour les femmes, se cache du poison; l’homosexualité »

Toutefois, la demande du député a été rejetée. Et le débat suit son cours.

Fana CiSSE

Lundi 30 Décembre 2019 - 13:37



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter