Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Crise Coronavirus: Les avocats aussi impactés par la pandémie

​La pandémie continue de faire des ravages à travers le monde et n’épargne aucun secteur d’activités. C’est le cas avec les professions libérales avec en tête les d’avocats. Au Sénégal, plusieurs mesures sont prises par le Barreau pour tenter de préserver ses membres de la redoutable maladie. Selon des robes noires interrogées, la Covid 19 a touché leur secteur et ralenti leurs activités.



Crise Coronavirus: Les avocats aussi impactés par la pandémie
 A l’instar des autres Barreaux du monde, celui du Sénégal n’est pas en reste pour tenter de protéger les siens de la Covid 19. Dans une note administrative en date du 23 mars dernier, le Barreau du Sénégal a écrit à ses membres pour leur demander de limiter leurs déplacements. « La limitation aux seuls déplacements professionnels insusceptibles d’être différés, résultant d’une obligation de présentation imposée par l’autorité de police administrative ou l’autorité judiciaire, résultant d’une convocation émanant d’une juridiction administrative ou de l’autorité judiciaire, ou aux seules fins de participer à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative », voilà ce qui est demandé aux avocats.

La même note interdit la présence des membres du barreau à tout événement mettant en présence de manière simultanée plus de 100 personnes en milieu clos ou ouvert. Selon Me Mamadou Seck, un avocat, la cohabitation avec la Covid 19 constitue un véritable obstacle à l’exercice de leur métier. « La pandémie nous a causé d’énormes préjudices à plusieurs égards. D’abord, il y a le fait qu’il y a eu une suspension d’audiences de trois mois. Il s’y ajoute qu’avec l’état d’urgence, les avocats n’étaient pas en mesure d’exécuter certaines décisions de justice surtout des décisions de recouvrement. Moralement, il n’était pas possible en cette période de résilience d’exécuter certaines décisions. Pour dire vrai, les avocats ont connu un manque à gagner considérable du fait que les audiences ne se sont pas tenues » explique ce membre du Barreau de Dakar.

Selon lui, lui et ses confrères sont loin de voir le bout du tunnel avec l’accentuation de la grève des greffiers. « Cela fait cinq mois que le tribunal est au ralenti » a-t-il pesté. Même constat pour son confrère Me Pape Mor Niang pour qui la Covid 19 a impacté sur leurs activités. « Le Conseil de l’ordre a invité par une note les confrères à avoir des attitudes responsables avec la maladie comme cela se fait dans tous les secteurs, au respect des mesures barrières; au port des masques, au lavage des mains avec du savon ou l’utilisation du le gel hydro-alcoolique » informe l’avocat.

Mesures de précaution renforcées au tribunal Lat Dior
Selon Me Pape Mor Niang, ces mêmes mesures sont respectées au niveau des cabinets car du gel hydro-alcoolique est fourni aux clients à leur arrivée sans compter que le port du masque y est obligatoire. A l’en croire, même au niveau du personnel administratif du cabinet, une rotation a été initiée pour permettre la mise en place de la distanciation sociale. Au niveau du tribunal Lat Dior, depuis l’annonce de la contamination de quelques membres du Tribunal du travail, et même avant, les mesures de précaution sont renforcées. Le public n’assiste plus aux audiences. A l’entrée du grand portail du tribunal, les forces de sécurité fournissent aux visiteurs du gel alcoolique afin qu’ils s’en enduisent les mains.

Dans les salles d’audiences, il y a un tri qui se fait. N’entrent dans les salles que les témoins et autres personnes susceptibles d’être entendues par le tribunal. Ces dernières présentent une convocation en bonne et due forme émanant du parquet. A la barre, les avocats et les magistrats de siège portent tous des masques et la ventilation de la salle est amoindrie pour ne pas dire inutilisée. Les activités au niveau du tribunal tournent au ralenti et il est rare sinon inexistant de croiser un avocat qui ne porte pas de masque dans le hall du tribunal ou la salle des pas perdus. Comme quoi, la maladie n’épargne personne pas même les privilégiés de la République.

Le Témoin

AYOBA FAYE

Vendredi 24 Juillet 2020 - 10:41


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter