Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Emigration clandestine : Mohamed Habiboulah Fall lance une sensibilisation à Mbour Tefess

L’émigration irrégulière a fait plus de 500 morts en moins de trois mois. Ces chiffres donnés par des ONG africaines et européennes renseignent du désastre causé par ce phénomène. Mbour Téfess fait partie des localités durement touchées par l’émigration clandestine communément appelée au Sénégal «Barça wala Balsakh – Barcelone ou l’enfer». Un jeune natif de ce département de Thiès et cadre à l’AIBD, Mohamed Habiboulal Fall a sonné la mobilisation. A travers une journée d’investissement humain, il a sensibilisé sur les drames de l’émigration clandestine et exhorté les jeunes à rester au Sénégal et se battre.



Emigration clandestine : Mohamed Habiboulah Fall lance une sensibilisation à Mbour Tefess
Les jeunes de Mbour Tefess (70km de Dakar) s’invitent dans la lutte contre l’émigration clandestine qui a tué plus de 500 personnes en moins de 3 mois. Ils ont organisé ce dimanche, une journée de Set-sétal pour sensibiliser ceux qui n’ont pas encore pris les pirogues pour rallier l’Espagne. Venu présider la journée, Mohamed Habiboulah Fall, a invité l’Etat du Sénégal à être plus sévère contre « l’axe du mal », c’est-à-dire « les convoyeurs ».  

D'entrée, le Directeur de la Communication de Aéroport International Blaise Diagne (AIBD S.A), natif de Mbour Tefess, a précisé que : «les zones côtières sont plus touchées par ce phénomène de l’émigration clandestine qui est en train de faire des ravages au niveau de la jeunesse du pays particulièrement des localités qui bordent le littoral». A travers cette journée de sensibilisation, les jeunes sont mobilisés et c’est l’occasion de les conscientiser afin qu’ils évitent ce drame. 

«La jeunesse est sérieusement désemparée. C’est la principale cause de cette émigration clandestine. Nous sommes dans une zone côtière et tout le monde sait que durant la saison des pluies, le poisson se fait rare. Et si vous combinez cela à la pandémie du coronavirus, vous voyez les conséquences que cela peut faire sur le mental, sur la conscience de ces jeunes qui ont un seul objectif, c’est de travailler, de gagner leur vie honnêtement et de pouvoir soutenir leurs parents», a déclaré M. Fall.

Profitant de l’occasion, le parrain de la cérémonie a réitéré son appel à l’Etat pour mettre fin à ce fléau. Selon lui, il y a des choses à revoir notamment l'encadrement et la promotion des jeunes. « Nous avons vu les efforts déjà faits par l’Etat, les actes qui sont dégagés par le président de la République pour la prise en charge des préoccupations de la jeunesse. Mais dans la mise en œuvre, nous pensons qu’il y a des choses à revoir au niveau de l’encadrement, de la promotion des jeunes, des institutions de financement appelées à accompagner cette jeunesse », s'est-il désolé. 

Il a appelé les jeunes à être fiers de leur métier de pêcheur et de ne pas accepter qu’on leur fasse miroiter l’eldorado d’Europe. « Aux jeunes, nous leur disons, qu’ils n’ont pas de complexe à se faire devant le jeune sénégalais qui sont en Espagne, en France, aux Etats-Unis. Ils peuvent réussir dans ce pays. Le métier de pêcheur qu’ils sont en train de faire, est un métier très noble, il ne faut pas qu’on ait le complexe de dire qu’on est pêcheur, ou que nous sommes de Mbour, de Joal, ou de Tefess. Il faut qu’on les aide », a-t-il soutenu, estimant que l’émigration clandestine a fait plus de victimes que le coronavirus.


Aminata Diouf

Lundi 9 Novembre 2020 - 09:05


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter