Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



En RDC, le sénateur Bahati Lukwebo dénonce le dédoublement de son parti AFDC-A



Modeste Bahati Lukwebo en appelle aux instances européennes. Le candidat dissident et malheureux à la présidence du Sénat de République démocratique du Congo veut récupérer le nom de sa formation politique, l'AFDC-A.

C’est depuis l’Europe que Modeste Bahati Lukwebo dénonce le mutisme de la justice de son pays face à la situation que traverse sa plateforme. Lui qui en a appelé à l’intervention du président Félix Tshisekedi, qui a porté plainte, fustige aujourd’hui le silence des institutions de la RDC face à ce qu’il qualifie de complot ourdi, selon lui, par des proches de l’ex-président Joseph Kabila.

Sur les réseaux sociaux, Modeste Bahati Lukwebo cite des noms : l’ex-patron de l’agence nationale de renseignements Kalev Mutond, le secrétaire permanent du PPRD et ancien ministre Emmanuel Ramazani et Néhémie Mwilanya, coordonnateur du FCC et ancien directeur de cabinet de Joseph Kabila. Pour le sénateur, même si les trois hommes ne sont plus aux affaires, ils sont bel et bien responsables de ses déboires et bloqueraient tous ses tentatives au Congo d’obtenir l’usage plein et exclusif du nom de la formation qu’il a créée.

Le Comité de suivi de l’accord de la Saint-Sylvestre qui, comme la Constitution, interdit les dédoublements de partis, lui avait promis son soutien. Joint au téléphone, son président continue d’appeler à l’apaisement. « Nous allons résoudre ce problème en interne, nous disposons d’un cadre pour cela », assure Joseph Olenghankoyi.

Visiblement pas complètement convaincu, Modeste Bahati Lukwebo a préféré entamer des démarches en Europe.

Rfi

Jeudi 10 Octobre 2019 - 13:36



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter