Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Etats-Unis : Trump en guerre contre l’application mobile TikTok



Il passe des menaces aux actes. Donald Trump a annoncé vendredi qu'il allait interdire aux Etats-Unis le réseau social TikTok, soupçonné par Washington de pouvoir être utilisé par le renseignement chinois. « En ce qui concerne TikTok, nous l'interdisons aux Etats-Unis », a déclaré le président américain à des journalistes à bord de l'avion présidentiel Air Force One, précisant qu'il allait agir dès ce samedi.

TikTok, qui appartient au groupe chinois ByteDance, compte près d'un milliard d'utilisateurs dans le monde et est très populaire auprès d'un public jeune. Mais l'application de partage de vidéos faisait l'objet d'une enquête du CFIUS, l'agence américaine chargée de s'assurer que les investissements étrangers ne présentent pas de risque pour la sécurité nationale.

Des responsables américains exprimaient ces dernières semaines la crainte que la très populaire plateforme vidéo ne soit utilisée par Pékin à des fins néfastes pour les Etats-Unis. Steven Mnuchin, le secrétaire américain au Trésor, avait fait savoir mercredi qu'il ferait une « recommandation » sur TikTok à la Maison Blanche cette semaine.
 
Le patron de TikTok se défend
 
TikTok a souvent dû se défendre de ses liens avec la Chine, où ByteDance possède une application similaire, sous un autre nom. Elle a toujours nié partager des données avec les autorités chinoises et a assuré ne pas avoir l'intention d'accepter de requêtes en ce sens.

Vendredi, avant l'annonce de Donald Trump, des médias américains croyaient savoir que le président allait imposer au groupe ByteDance de vendre TikTok. Selon le Wall Street Journal et l'agence Bloomberg, le président s'apprêtait à signer un ordre officiel pour obliger la maison mère chinoise à se séparer de la très populaire application, au nom de la protection de la sécurité nationale.

Avec Afp

Salif SAKHANOKHO

Samedi 1 Août 2020 - 13:39



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter