Faux médicaments au Bénin: prochaine mise en place d'une commission ad hoc

Au Bénin, après la condamnation à la mi-mars de cinq responsables d’importantes compagnies pharmaceutiques, le président Talon veut réformer le secteur. Vendredi soir, il recevait les acteurs du monde pharmaceutique. Lors de cette rencontre, il a annoncé la création prochaine d’un laboratoire et la mise en place d’une commission chargée de réfléchir à des pistes de réformes du secteur.



Quelles ont été les annonces du président Talon. Joint au téléphone par RFI,  Wilfried Léandre Houngbédji, directeur de la communication de la présidence, nous apporte quelques précisions.
 
« L’annonce majeure qui a été faite par le président de la République, c’est qu’un comité ou une commission sera mis en place, qui comportera aussi bien le représentant des acteurs, que le représentant du gouvernement, pour réfléchir aux moyens de faire les réformes les plus pertinentes pour que le secteur redevienne crédible».
 
Rappelons que le trafic de faux médicaments est un problème de santé publique au Bénin. D'ailleurs cinq grossistes en médicaments béninois ont écopé d'une peine de quatre ans de prison ferme et de 100 millions de francs CFA d'amende.
 
« D’ores et déjà, le président de la République a informé ses interlocuteurs que, d’ici à la semaine prochaine, ils seront saisis des propositions du gouvernement aux fins de la composition de cette commission, poursuit le porte-parole du gouvernement. Il a également, et surtout, annoncé que, déjà dans les médias et pour parer au plus pressé, le gouvernement s’engageait à mettre les moyens qu’il faut pour mettre en place un laboratoire digne de ce nom, dans notre pays, afin qu’à l’avenir les produits qui arrivent chez nous puissent être testés et que leur qualité soit attestée par les résultats de laboratoire digne du nom, animé par des professionnels reconnus comme tels ».

Rfi.fr

Dimanche 1 Avril 2018 - 09:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter