Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Fichier électoral: La société civile formule 32 recommandations d'ordre juridique, politique, technique...

En vue d'améliorer le fichier électoral en termes de gestion et d'organisation, la société civile a organisé un atelier de partage des recommandations. Elle a formulé 32 recommandations, qui sont d'ordre juridique, politique, technique et communautaire.



Fichier électoral: La société civile formule 32 recommandations d'ordre juridique, politique, technique...
L'objet de cet atelier de la société civile est de diagnostiquer les recommandations issues de l'audit du fichier électoral, afin d'y apporter des observations, remarques et commentaires. Également de définir une stratégie de leurs mises en application. " C'est d'inviter la société civile pour recueillir leur point de vue sur chacune des recommandations  et discuter avant de transmettre nos observations à la commission nationale du dialogue politique, particulièrement la commission de suivi de l’audit du fichier électoral", déclare le directeur exécutif de l'ONG 3D, Moundiaye Cissé.
 
La société civile invite chaque pôle du dialogue politique à apporter ses commentaires et remarques sur l’audit  du fichier électoral. Elle a fait des observations sur chacune des recommandations. Moundiaye Cissé de se poser la question de savoir « est ce qu'il est possible que ces recommandations soient mises en application avant les élections locales »? « Nous disons bien oui, parce que le calendrier de mise en œuvre du processus prévoit ce qu’on appelle la revue du code électoral. C’est une des étapes, c’est une des opérations du processus qui doit nous mener aux élections locales », indique-t-il.
 
Selon le directeur exécutif de l’ONG 3D, la société civile n’a pas vocation de dire que le fichier est fiable ou pas. « Ce n’est pas nous qui avons fait l’audit, on a pris des experts indépendants qui ont fait l’audit. Ce sont ces experts qui ont dit que le fichier est fiable. Ce n’est pas à nous de dire que c’est fiable ou pas mais à ceux qui ont eu le privilège de prendre trois mois pour faire l’audit de le dire et ce sont ces derniers qui ont dit que dans l’ensemble le fichier est fiable mais mérite des améliorations », dit-il.
 
Les membres de la société civile veillent à ce que les recommandations soient appliquées et travaillent à l’amélioration du fichier et à la mise en application des recommandations.
 
La société civile indique que des recommandations pertinentes ont été faites sur le parrainage et est en phase avec les recommandations faites par les auditeurs. « Les auditeurs ont fait une proposition de parrainage à la carte. Le parrainage ne date pas d’aujourd’hui, c’était en 1991, quand il y a eu candidature indépendante, ce sont les acteurs politiques qui ont imposé le parrainage aux acteurs de la société civile. Le parrainage a été instruit comme un filtre pour trier une floraison de candidatures surtout les candidatures indépendantes. C’était injuste, une rupture d’égalité entre les candidats », explique-t-elle.

Avant d'ajouter « on imposait aux partis politiques de donner juste un récépissé et aux candidatures indépendantes d’amener 10 mille parrainages. Donc ça ne date pas d’aujourd’hui ». Moundiaye Cissé et compagnie appellent à une concertation, selon eux, c'est le seul moyen ou l'on parviendra à trouver une solution sur la question du parrainage.

Moussa Ndongo

Mardi 1 Juin 2021 - 15:47


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter