Grève illimitée des Etudiants maliens en Algérie: L’accès de la chancellerie interdit à l’Ambassadeur et à son personnel


Grève illimitée des Etudiants maliens en Algérie: L’accès de la chancellerie interdit à l’Ambassadeur et à son personnel
Face à la situation de précarité grandissante, l’Association des Elèves Etudiants et Stagiaires Maliens en Algérie (AESMA) tire la sonnette d’alarme. Ayant quitté leur pays pour acquérir le savoir, ils sont nombreux à vouloir faire le chemin inverse sans aucun parchemin en poche. Et, pour cause, les moyens de subsistance que doit leur fournir l’Etat malien via le Consulat se font rares.

Aller en Algérie pour acquérir le savoir, ils sont aujourd’hui nombreux les Etudiants qui bénéficient de la Bourse du Gouvernement à vouloir faire le chemin inverse sans obtenir leur Diplôme de fin d’Etudes. Car, ils manquent cruellement d’argent pour subvenir à leurs besoins.

Ousmane Sokona, Responsable de l’AESMA explique leur situation : «Les Elèves, Etudiants et Stagiaires Maliens en Algérie sont des vrais combattants.

Cela, vu les conditions de vie ils étudient et le courage et l’endurance qu’ils font preuve au cours de leur séjour estudiantin ou de stagiaire en Algérie». Ce qui fait que souvent l’espoir d’aller étudier dans certains pays de grande réputation académique et universitaire tourne vite au cauchemar pour les Etudiants africains. «Les mots ne manquent pas pour faire croire à l’intéressé qu’il va dans un eldorado, où il ne manquera de rien, dans la mesure où le Gouvernement s’engage à assurer sa Bourse. Mais hélas, le fossé qui sépare ce leurre de la réalité est plus distant que le trajet Bamako-Kidal par car », dit Ousmane Sokona, profondément déçu.

Depuis la rentrée universitaire 2016/2017, les Elèves, Etudiants et Stagiaires n’ont pas encore reçu les arriérés de l’année dernière, les bourses pour cette année. Le pire, ils n’ont même pas eu la somme dite «trousseau» devant leur permettre de s’acheter la documentation. Toute chose qui, selon des Etudiants, a des répercussions sur leurs études. Les rencontres et échanges de l’association avec l’Ambassade n’auraient rien donné jusqu’au moment où nous écrivons ces lignes. La stérilité des échanges a poussé les membres de l’association a passé à la vitesse supérieure pour se faire entendre. Le 23 mars dernier, elle a tenu à faire un sit-in dans la cour de l’Ambassade du Mali en Algérie. Leurs doléances : les trousseaux de cette année.

A partir d’hier dimanche 26 mars, ils ont fait comme leurs aînés au bercail, les Magistrats et les Médecins, en entamant une grève illimitée jusqu’à la satisfaction de leurs doléances.

En attendant, les Elèves, Etudiants et Stagiaires bloquent l’accès de l’Ambassade et à l’Ambassadeur et à son personnel et à tout autre visiteur, selon Ousmane Sokona. Affaire à suivre !