Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Guinée : quatre jours après l'incendie du marché, les commerçants commencent déjà à reconstruire

​En Guinée, la Commission interministérielle mise en place suite à l'incendie du grand marché de Madina de dimanche doit commencer ses travaux ce jeudi 22 mars. Elle est chargée d'enquêter sur les causes de l'incendie et de proposer des mesures pour éviter qu'une telle catastrophe ne se reproduise. Si pour l'instant la thèse du court-circuit électrique semble être privilégiée, Electricité de Guinée a décliné toute responsabilité. Quant au chef de file de l'opposition Cellou Dallein Diallo, il dit ne pas exclure une origine criminelle en raison de menaces proférées peu avant le drame. En tout cas dans la zone sinistrée, les commerçants n'ont pas attendu pour commencer à reconstruire.



Photo marché Médina de Guinée prise dimanche après l'incendie par Rfi
Photo marché Médina de Guinée prise dimanche après l'incendie par Rfi
Dans les artères dévastées du marché de Madina, on scie, on soude, on frappe la taule, les commerçants sont à pied d'œuvre. « On redresse d’abord et ce qui l’est impossible de réparer, on le change », témoigne un commerçant.

En attendant la commission ministérielle, l'urgence est financière. « Tout est brûlé, il ne reste rien ! Cela va coûter 30 000$ », déplore Aïsatou Keïta-Sylla, assise dans son container carbonisé. De sa marchandise il ne reste à la commerçante que des perles jaunes et roses, mélangées à la cendre.

La commission doit établir un rapport et proposer des mesures. Oumar Saïkou Diallo président de la chambre de commerce de Matam, espère qu'elles seront appliquées. « Depuis 2010, 2013, 2015, nous sommes toujours victimes, affirme-t-il. L’Etat se prononce là-dessus mais en vain. D’où l’importance cette fois-ci d’aller au bout pour que tous les gens soient réinstallés le plus vite possible ».

En équilibre sur les toitures, les hommes lèvent une maigre charpente. A l'extérieur, les vendeurs épargnés reprennent leurs activités car, expliquent-ils, il faut bien « gagner le quotidien ».
 
Rfi

AYOBA FAYE

Jeudi 22 Mars 2018 - 11:41


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter