Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Hong Kong: le mouvement étudiant pro-démocratie continue

La mobilisation à Hong Kong ne faiblit pas. Ce matin encore, des milliers de personnes se sont rassemblées pour exiger plus de démocratie dans ce territoire chinois. Ce sont des étudiants qui pour la plupart réclament aux autorités de Pékin de pouvoir choisir eux-mêmes le dirigeant de leur territoire lors des élections de 2017. Les étudiants se sont donc remobilisés après les heurts d’hier, dimanche 28 septembre, avec la police. Mais, ce matin, le gouvernement de Hong Kong a annoncé le retrait de la police antiémeute.



Les manifestants pro-démocratie bloquent une des principales avenues du quartier d'affaires de Hong Kong. Ils ont érigé des barricades dans la nuit, après avoir subi les assauts de la police antiémeute. REUTERS/Carlos Barria
Les manifestants pro-démocratie bloquent une des principales avenues du quartier d'affaires de Hong Kong. Ils ont érigé des barricades dans la nuit, après avoir subi les assauts de la police antiémeute. REUTERS/Carlos Barria

Clairement, le mouvement continue. Et ce matin, c’est un réveil chaotique et un petit peu surréaliste pour Hong Kong qui n’est pas du tout habituée à ce genre de désordre. Il y a encore plusieurs grands axes de la ville qui sont fermés et qui sont inaccessibles. Le trafic est évidemment interrompu. Il y a 200 bus dont la voie est suspendue. Plusieurs dizaines d’écoles sont fermées, les banques aussi.

On sait qu’il y a des négociations qui ont peut-être lieu en ce moment entre la police et les leaders du mouvement, mais aucune idée sur ce que ça va donner. Le gouvernement de Hong Kong a d’ailleurs annoncé le retrait de la police antiémeute, ce matin, dans un geste apparent d’apaisement après une nuit d’affrontement. Il demande en échange, tout de même, aux étudiants de « libérer les routes occupées dès que possible pour laisser le passage aux véhicules d’urgence et rétablir les transports publics ». Par contre, il y a des personnalités de Hong Kong comme des hommes d’Église, des députés ou des enseignants qui sont en ce moment en train de tenir compagnie ou de s’adresser aux étudiants, notamment à Times square, afin de les encourager dans leur révolte non violente.


Des hommes d'affaires, devant une route bloquée par les manifestants pro-démocratie, en plein centre du quartier de la finance, à Hong Kong, ce lundi 29 septembre, au matin. REUTERS/Tyrone Siu
Des hommes d'affaires, devant une route bloquée par les manifestants pro-démocratie, en plein centre du quartier de la finance, à Hong Kong, ce lundi 29 septembre, au matin. REUTERS/Tyrone Siu

Tout le monde est partisan de la non-violence

Ce qu’il faut rajouter, c’est que malgré la situation chaotique et tout à fait incongrue à Hong Kong où l’on aime vraiment l’ordre et la discipline, le mouvement est resté incroyablement contrôlé, peut-être pas serein, mais en tout cas retenu. Tout le monde est partisan de la non-violence et les seuls accessoires qu’ont avec eux les manifestants sont des parapluies pour se protéger des jets de gaz lacrymogène et des lunettes de natation. Donc il n’y a aucune agression physique à l’égard de la police. Au contraire, les manifestants y mettent même un point d’honneur à lever les bras comme des prisonniers qui se rendent pour illustrer leur intention de ne pas répliquer à la police quand ils sont attaqués.

Cela fait plusieurs jours que la grogne couve. Mais ce mouvement semble s’être accéléré ces dernières heures. La première raison, un peu technique, c’est que le mouvement a pris une nouvelle ampleur dans la nuit de samedi à dimanche quand le mouvement Occupy Central, qui est un autre mouvement de désobéissance civile, qui avait prévu de démarrer mercredi a avancé ses opérations, séance tenante, face au mouvement de soutien populaire que le mouvement étudiant suscitait dans la population. Donc, tous ceux qui avaient l’intention de participer à Occupy Central ont été mobilisés immédiatement.

La frustration des étudiants de ne pas avoir été entendus par l’Exécutif

Mais au-delà de ce facteur technique, la situation a dégénéré sans doute à cause d’au moins deux facteurs : le premier, c’est clairement la frustration des étudiants de ne pas avoir été entendus malgré des demandes répétées d’être reçus par le chef de l’Exécutif ; la seconde, c’est la violence inutile et disproportionnée des forces de l’ordre face à des étudiants et des manifestants, dont le seul crime est de réclamer une démocratie digne de ce nom, qui plus est leur est garantie par la Constitution.

Selon la radio RTHK, 41 personnes blessées durant les affrontements récents ont été hospitalisées et, au total, 78 manifestants ont été arrêtés pour des motifs divers : troubles à l’ordre public, entrée illégale dans des bâtiments gouvernementaux et violences contre dépositaires de la force publique.

 

Rfi.fr

Lundi 29 Septembre 2014 - 09:54