Idrissa Seck, leader naturel de l'opposition en cas d'emprisonnement de Khalifa : Les analystes politiques divisés

La déclaration de Bamba Fall sur le leader du parti Rewmi après le renvoi du procès de Khalifa Sall mercredi a suscité une interrogation chez les observateurs du champ politique sénégalais. Si le maire de la Médina se range derrière Idrissa Seck, qu'il considère comme le chef de la coalition Manko Taxawou Sénégal, en attendant que le maire de Dakar sorte de ses démêlés judiciaires, d'aucuns pensent que l'ancien Premier ministre n'est pas pour autant le leader naturel de l'opposition.



Le maire de Dakar Khalifa Sall se trouve actuellement dans une position inconfortable. Et en attendant d'être élucidé sur son contentieux avec la justice sénégalaise, la coalition qu'il dirige a peut-être entrevu un plan B pour l'élection présidentielle de 2019. Bamba Fall, qui l'un des soutiens les plus en vue de l'édile de Dakar a laissé entendre mercredi qu'il considérait l'ancien Premier ministre Idrissa Seck comme le leader de leur coalition, en attendant de connaître le sort de Khalifa.

L'analyste politique Mamadou Sy Albert pense l'alternative du maire de la Médina crédible. "Le cas de figure qui est là c'est que Khalifa Sall va en procès. Il peut être condamné comme il peut ne pas être condamné. Maintenant, Idrissa Seck a le profil politique et l'expérience, surtout, organisationnelle d'une présidentielle. Il a également donné à Khalifa une caution morale", a-t-il déclaré sur les ondes de la Rfm.

Seulement, le journaliste et analyste politique Momar Seyni Ndiaye, ne partage pas forcément son avis. Pour l'ancien grand reporter du quotidien Le Soleil, Idy n'a pas encore toutes les cartes en main. "Jusqu'à présent, il n'y a pas encore un accord véritablement scellé entre Idrissa Seck et ce qui reste de la coalition de Khalifa Sall. Nous avons vu que lors des élections législatives que cette coalition n'a pas permis à Idrissa seck de gagner sa propre ville et de se mettre en position de leader de ce mouvement au niveau de l'assemblée nationale. Et aujourd'hui Rewmi est affaibli par une série de défections. son parti donne des signes de faiblesse", explique-t-il.
Et Momar Seyni Ndiaye de poursuivre en remettant en cause la posture de leader de l'opposition de Idrissa Seck. "Madické Niang qui est le président du groupe parlementaire de cette formation (Pds), aujourd'hui se positionne visiblement pour éviter qu'Idrissa Seck lui ravisse cette place de leader de l'opposition. Et en terme de poids électorale et de représentativité au niveau des instances comme l'Assemblée nationale ou le Hcct, c'est effectivement la coalition que dirige Me Madické Niang qui est en pôle position".

A contrario de son compère Mamadou Sy Albert qui croit que le Pds se dirige vers des lendemains très incertains. "Le parti démocratique sénégalais va vers une impasse. Si la candidature de Karim Wade ne passe pas, je crois que le Pds comme ce qui reste de Khalifa Sall, ont intérêt à trouver un candidat qui réponde réellement au profil de candidat fédérateur. Et Idrissa Seck est aujourd'hui pour le Pds et pour la fraction dissidente du Parti socialiste et même pour les anciens alliés du Président Macky Sall, Idrissa Seck peut être une alternative", pense-t-il.

En attendant, le leader de Rewmi continue ses tournées à l'intérieur du pays tout en soutenant son allié des dernières législatives Khalifa Sall, derrière qui il s'était rangé pour battre campagne pour la liste Manko Taxawou Senegal
 

AYOBA FAYE

Jeudi 4 Janvier 2018 - 13:56



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter