Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Immigration clandestine : La Coopération italienne met près de 2 milliards Fcfa sur la table pour retenir les candidats

L'Agence italienne pour la coopération au développement (Aicd) a présenté ce mardi au Musée Théodire Monod de l'Ifan son projet d'urgence pour endiguer le fléau de l'immigration clandestine. L'ambassadeur d'Italie à Dakar, en compagnie de la Directrice de la Coopération italienne et la représentante de la Direction générale des Sénégalais de l'Extérieur, expliqué la nécessité pour le gouvernement italien de soutenir la région sahélienne.



"CHOISIR EN TOUTE CONNAISSANCE : Ce qu'on laisse, ce qu'on trouve". C'est le slogan de l'initiative d'urgence humanitaire mise en oeuvre par l'Agence italienne pour la coopération et le développement (Aicd) et ses partenaires pour endiguer le fléau de l'immigration clandestine dans la région sahélienne. 3 millions d'euros (près de 2 milliards Fcfa) ont été investis dans des actions multisectorielles spécifiques de développement local, de création d'emplois, de développement agricole, de résilience et d'accès aux services de base, dans ce cinq pays : Mali, Sénégal, Gambie, Guinée Bissau, Guinée Conakry.

Ce, pour réduire le causes principales de l'immigration clandestine, en améliorant les conditions de vie des populations de ces zones à haut potentiel migratoire. Francesco Paolo Venier, l'Ambassadeur d'Italie au Sénégal a tenu à rappeler le véritable sens de cette initiative pilotée par son pays. "Le but de ce programme c'est d'expliquer aux gens les dangers du départ (clandestin), mais aussi de leur donner la bonne information sur tout ce qui va être fait par les partenaires du Sénégal pour leur bien être. Il s'agit d'une action qui vise à créer les conditions d'emploi de participation. Un engagement avec les institutions locales pour faire en sorte que les gens sachent ce qu'ils laissent ici comme opportunités au cas où ils choisissent l'immigration", a-t-il affirmé.

Le programme vise également à venir en aide aux migrants, aux déplacés et aux réfugiés, en appuyant leur réinsertion, une fois qu'ils sont de retour dans leurs pays. C'est ainsi que le programme mis en oeuvre par des Ong italiennes s'articule autour de 7 projets que sont : 
ACRA : Actions de contraste à la dynamique migratoire irrégulière dans le couloir Sénégal-Guinée Bissau, Région de Kolda et de Gabu, pour agir sur les facteurs d'attraction et de répulsion qui poussent les jeunes au choix risqué de la migration irrégulière.

CISV : Projet d'urgence pour la création d'emplois pour les jeunes et les femmes des régions de saint-Louis (sénégal), Oio, Cacheu et Tombali (Guinée Bissau).

PROJETA : Projet pour le travail et l'emploie des jeunes africains, qui vise à réduire l'exclusion sociale et économique des jeunes femmes et des hommes, des potentiels migrants ou impliqués dans la phase de transit ou de retour, à travers la promotion de l'emploi et de l'entrepreneuriat. Réqlisé en Guinée Bissau, au Mali

GREEN CROSS ITALIA : Projet Energie pour rester, pour le Développement agricole intégré avec sources d'énergies renouvelables contre la migration irrégulière tout au long de la Vallée du fleuve Sénégal. Notamment la région de Matam, les villages de Sinthiou Diam Dior, Balél Pathé, Houndel, Woudourou, Sadel.

LIVIA : Projet pour la réinsertion socioprofessionnelle des migrants sénégalais de retour, réalisé à Thiès et à Gao (Mali).

TERRANUOVA : Renforcer la résilience dans les territoires. Prévention de l'exode rural par la promotion de la sécurité alimentaire, la cration d'emplois et de revenus et la communication innovante au Mali. Le projet a contribué à atténuer le causes de la migration par des actions de développement local et de support aux microentreprises de jeunes et de femmes à Sikasso, Bandiagara, Koulikoro ainsi qu'à Bamako (Mali)

VIS : Action de lutte contre la migration irrégulière à travers l'appui au développement local dans la région de Tambacounda (Sénégal), pour maîtriser le phénomène de la migration clandestine du Sénégal vers la Méditérranée.

AYOBA FAYE

Mardi 21 Novembre 2017 - 15:19



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter