Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



#InsideUSA - Présidentielles américaines: le Pr de Droit Fred Morrisson du Minnesota fait le point sur PressAfrik



Quatre semaines après les scrutins du 3 novembre, il ne reste que 13 États qui n'ont pas encore certifié officiellement leurs votes respectifs. Lundi le 30 novembre, l’Arizona les a soumis, en devenant l’État le plus récent à porter un coup aux espoirs de Donald Trump pour un renversement de la victoire supposée de Joe Biden. Avec cette certification, tous les six "battlegrounds" où Trump avait lancé une bataille légale (le Wisconsin, la Géorgie, le Nevada, la Pennsylvanie, le Michigan, et l’Arizona) ont confirmé la victoire de l’ancien Vice-président.

Toutefois, le président "canard boiteux" (un officiel élu sur le point de quitter son poste après une autre élection) maintient sa campagne désespérée contre la validité des résultats. En déclarant la fraude électorale massive tout autour du pays, Trump réitère presque chaque jour (et pour la plupart sur son compte Twitter) ses intentions de renverser le vote à travers une lutte dans les tribunaux. Malgré ses revers devant les tribunaux, Trump ne concède pas encore. Un refus sans précédent comparable dans l’histoire américaine.

La comparaison la plus proche vient de la présidentielle de 2000 entre Al Gore et George W. Bush. M. Fred Morrison, Professeur de droit à l’Université de Minnesota se rappelle. "L'élection de George W. Bush en 2000 était contestée dans les tribunaux jusqu’en début décembre, quand la Cour suprême a décidé le cas de la victoire de Bush. Après la décision, le Sénateur Gore a ensuite concédé, et le reste de la transition s’est déroulé sans problème"

Une transition paisible semble improbable
Mais une telle transition paisible n’est pas aussi certaine cette fois-ci. "Le conflit va sûrement continuer jusqu’à la réunion du collège électoral en décembre, ou peut-être même jusqu’au 6 janvier, le jour où on compte finalement les votes du collège électoral", prévoit le Professeur Morrison. C’est un conflit avec beaucoup moins de validité par rapport à celui de Bush v. Gore, un scrutin d'extrême contestation qui a été à l'époque décanté par le recomptage dans la Floride.

Par contre, le professeur ajoute, que cette fois-ci, "Les tribunaux continuent à demander aux avocats de Trump de présenter les preuves de la fraude ou l’erreur de décompte des votes, mais [les avocats] semblent incapables de fournir la vraie preuve en ce qui concerne le mauvais comptage du vote."

Peu importe les scénarios juridiques potentiels, la transition fondamentale entre les deux administrations est déjà en cours. Bien que ce long processus se passe plus lentement que normal à cause de ces délais, dans l’estimation de Professeur Morrison, il semble que les officiels venant de l’administration Biden "vont entrer en poste rapidement après le 20
janvier (le jour d’inauguration)."
 

Biden a déjà reçu l’approbation de “General Services Administration” (l’Administration de services générales) de commencer la transition, ce qui lui donne l'accès à une gamme de fonds et d’autres ressources transitionnelles. Et sur le côté électoral, ce processus va se dérouler de la même manière, avec le soutien de l’administration actuelle ou non. "À la mi-décembre, dans chaque Etat, les membres du collège électoral se réuniront pour soumettre les votes électoraux de cet état, et pour
envoyer ces votes à Washington
" indique-t-il.

Il semble de moins en moins probable que les tribunaux vont donner une décision qui favorise électoralement le Président sortant, surtout après avoir déjà eu “une vingtaine de défaites judiciaires dans tout le pays,” selon l’Agence France Presse.

Les Grands Electeurs se rencontrent le 14 décembre, et jusqu’à ce jour Donald Trump et ses compatriotes peuvent plaider leur cause. Mais on ne s’attend pas à de grandes surprises en suivant la réunion. Comme l’a dit le Professeur Morrison, "les votes des Grands Electeurs sont publics, donc le comptage final exact sera connu à ce point-là."

Jake MARBLE, Stagiaire et Correspondant PressAfrik à Minnesota

Mercredi 2 Décembre 2020 - 11:46


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter